En si bon chemin... vers Compostelle

À propos

Le marcheur n'est pas un être social l'objet de son regard n'est pas d'apprécier ce qui lui est semblable, ses yeux ne s'arrêtent pas sur ce qui est droit devant mais sur ce qui est droit au-dessus.
Et s'il est nourri de mille petite choses, s'il est attentif aux mille petit pièges du chemin qui pourraient accentuer sa fatigue, ce sont autant de tremplins avec lesquels il joue pour considérer le monde. Léo Gantelet est de ceux-là. Lorsqu'il décide, un beau soir, de partir à pied pour Compostelle, son choix n'est motivé par aucun argument rationnel. Pourtant quelques mois plus tard, de Seynod près d'Annecy à Compostelle, sur 1900 km, 30 000 fois par jour pendant près de 90 jours, un de ses pieds passera devant l'autre.
Qu'est-ce qui fait " tenir le coup " à un marcheur " de l'âme " qui n'est pas un marcheur " en son corps " ? Un fragment de réponse est sans doute dans ces quelques mots : " Ce n'est pas moi qui marche, c'est le chemin qui glisse ". Quel culot ! de la part d'un Léo Gantelet qui prend ainsi la dimension de l'Homme, " fragile au milieu de tant de démesure ", dans un livre débordant d'humanisme, d'humour et d'émotions.
Cette nouvelle édition est enrichie d'un vade-mecum, de photographies et d'une relation du chemin de Gillonnay à Arles effectué ultérieurement.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782916147376

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    304 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    640 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    Pollen

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty