Dictionnaire amoureux ; de la Russie (DESSINS DE CATHERINE DUBREUIL)

À propos

Entre dominique fernandez et la russie, c'est vraiment d'amour qu'il s'agit.
Son " dictionnaire " nous entraîne dans un périple à travers le temps et l'espace, de la russie impériale à la russie actuelle, sans oublier l'ex-urss. nous parcourons tout d'abord l'" anneau d'or ", ainsi qu'on appelle les villes et villages vestiges de l'antique russie. nous continuons par les visites guidées de moscou ou de novgorod, sans oublier que saint-pétersbourg s'est appelé leningrad. mais ce dictionnaire amoureux de la russie est surtout un voyage initiatique et dominique fernandez nous aide à mieux saisir la culture russe, l'âme russe.
A travers la danse avec diaghilev et noureev, la littérature ensuite, en compagnie de dostoïevski, tolstoï, gogol, boulgakov ou chalamov, la musique, avec tchaïkovski, prokofiev et bien sûr chostakovitch, " seul géant contemporain ", enfin le cinéma, avec eisenstein et tarkovski. dominique fernandez possède ce don très rare d'avoir la culture légère. il n'assomme jamais avec le poids de ses connaissances, mais donne à appréhender, à aimer, à comprendre tout ce qui l'a enchanté ou révolté, c'est selon.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de l'Europe > Russie

  • EAN

    9782259195171

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    856 Pages

  • Longueur

    20.2 cm

  • Largeur

    13.3 cm

  • Épaisseur

    4.3 cm

  • Poids

    910 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Dominique Fernandez

Dominique Fernandez est né à Paris en 1929. Ecole normale supérieure, agrégation d'italien, doctorat ès lettres. Il écrit pour Le Nouvel Observateur. Il a obtenu le prix Médicis en 1974 pour Porporino ou les mystères de Naples, le prix Goncourt en 1982 pour Dans la main de l'Ange. Il publie L'art de raconter en 2007, année où il est élu à l'Académie française. Derniers livres parus : Ramon, 2008 et Tolstoï, 2010.

empty