à la recherche du temps perdu t.1 : du côté de chez Swann

À propos

« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. ».

Par ces mots, Proust lance l'un des plus grands monuments de la littérature. Au fil des pages, le narrateur égrène des souvenirs d'enfance à Combray, puis à Paris : les promenades du côté de Guermantes ou du côté de Méséglise, les plaisirs de la lecture, l'attente anxieuse du baiser maternel, la curiosité à l'égard de Charles Swann et sa famille, la réminiscence déclenchée par la madeleine, qui ouvre la porte de « l'édifice immense du souvenir »... Par le kaléidoscope de scènes et de sensations qu'il déploie, Proust réveille en chaque lecteur une émotion enfouie, une impression familière, une vérité atemporelle.

Publié en 1913, Du côté de chez Swann a révolutionné le roman réaliste. À la fois livre de mémoire, où la mélancolie se mêle aux impressions les plus marquantes, portrait de la haute société du début du XXe siècle, histoire d'un amour irrémédiablement terni par la jalousie, le premier volume d'À la recherche du temps perdu fait montre d'une force et d'une universalité rares, de celles qui font un chef-d'oeuvre.

Édition de Matthieu Vernet.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • Auteur(s)

    Marcel Proust

  • Éditeur

    Le Livre De Poche

  • Date de parution

    02/11/2022

  • Collection

    Le Livre De Poche Classiques

  • EAN

    9782253240396

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    864 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure une vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains.
Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu ; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure.
Vers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

empty