Quae

  • Les abeilles prennent des décisions collectivement et démocratiquement. Chaque année, elles se trouvent devant une question de vie ou de mort, celle du choix et du déplacement vers une nouvelle demeure. Thomas D. Seeley nous révèle les capacités incroyables de ces insectes à prendre des décisions consensuelles et efficaces.

    Au début de l'été, lors de l'envol de la vieille reine (accompagnée des deux tiers de sa ruche trop peuplée), une équipe d'éclaireuses part à la recherche d'un nouveau nid. Elles exécutent des danses pour décrire les nouveaux sites potentiels et engagent un inlassable débat avec l'ensemble des abeilles de la ruche pour arriver, enfin, à un consensus sur le nid choisi. Dès lors que l'adhésion est totale, l'envol est immédiat. L'essaim est piloté jusqu'à la nouvelle demeure et s'y installe sans la moindre hésitation à la suite de sa reine.

    L'auteur nous raconte cette histoire fabuleuse, dont il a étudié tous les aspects avec la passion d'un amoureux des abeilles et l'ingéniosité d'un chercheur hors pair. Il met à nu les mécanismes décisionnels dont les éléments clés sont : l'absence d'un leader, un comité d'experts, le partage des informations, le débat contradictoire, le consensus. Nous voyons là une forme de démocratie participative à l'oeuvre et son bénéfice au niveau de la réussite de l'espèce.

    En quittant les aspects strictement comportementaux de l'essaimage, il nous emmène dans les coulisses neuronales de la prise de décision dans des populations animales contrastées. Il révèle des similarités de fonctionnement entre deux entités cognitives bien différentes (mais d'un même poids) : un cerveau de primate et une colonie d'abeilles. Au niveau unitaire, l'opinion (dansée) d'une seule abeille serait l'équivalent de l'excitation d'un seul neurone chez le primate.

    Thomas D. Seeley trace avec humour et poésie son excursion au coeur d'un essaim d'abeilles, ce "superorganisme" qui donne une leçon de sagesse collective par sa façon de prendre la meilleure décision pour le groupe et sa survie.

  • Dans un contexte d'érosion de la biodiversité, la réponse de la vie des sols face aux activités humaines reste encore peu connue. Mieux comprendre la vie des organismes du sol sur lequel nous marchons, ou parfois même construisons, devient urgent.

    Les sciences participatives invitent tout un chacun à devenir un acteur de la science et à contribuer au travail des chercheurs. La science profite alors de l'échange entre citoyens et scientifiques. Cet ouvrage s'inscrit dans cette perspective et propose au lecteur une méthodologie claire et ludique basée sur une démarche habituellement utilisée par les scientifiques en écologie, en particulier pour étudier les invertébrés vivant à la surface du sol.

    Sous une forme concise, le citoyen trouvera ainsi les éléments nécessaires pour capturer, observer et identifier les animaux du sol qu'il aura choisi. Vingt-cinq portraits des grands groupes d'invertébrés vivant à la surface du sol sont proposés.

    Ce guide pratique peut être utilisé dans le cadre de cours de biologie ou à titre individuel ; il peut être consulté seul ou en lien avec le site de Jardibiodiv.

  • Le développement d'une pêche et d'une aquaculture durables, les interactions avec le changement climatique et la préservation de la biodiversité marine placent les océans au coeur d'enjeux majeurs. Dans le paysage des sciences marines, l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) joue un rôle central. Il est le seul organisme de recherche français dont toutes les activités sont liées à la mer.

    Résolument tourné vers les défis à venir, l'Ifremer n'en est pas moins inscrit dans une histoire. C'est cette histoire que Gilles Chatry, archiviste de l'Ifremer, souhaite pour la première fois livrer au public. Né en 1984 de la fusion entre le Cnexo et l'ISTPM, l'Ifremer trouve ses racines dans un passé plus lointain, au xixe siècle, lorsque la science investit les pêches maritimes.

    En interrogeant notamment les archives de l'Ifremer, l'auteur esquisse une histoire institutionnelle méconnue. Comme dans un journal, le lecteur remonte le temps, en suivant des dates clés jusqu'à l'essor de l'océanologie moderne.

    C'est toute la genèse de cet organisme - personnalités marquantes, programmes scientifiques ambitieux, nouveaux navires et instruments de mesure -, que l'auteur nous fait revivre à travers son récit, richement documenté et illustré. Les amateurs d'histoire maritime, d'océanographie et d'océanologie y trouveront de quoi nourrir leur curiosité.

  • Cet ouvrage étudie les pratiques de gouvernance et les dilemmes stratégiques des coopératives agricoles face à la crise économique, sociale et environnementale de l'agriculture. Afin d'éclairer des pistes de réflexion et des solutions d'avenir pour les filières agricoles et agroalimentaires, il fournit des outils, notamment une grille d'analyse applicable en France comme à l'étranger, dans des petites ou des grandes coopératives, diversifiées ou non.  

  • Depuis plusieurs années, l'agriculture évolue, s'enrichit, fait débat et s'ouvre à la société qui doit prendre sa part dans les réflexions relatives à l'alimentation et donc, aux modes de production de demain.

    L'aquaponie, fusion de systèmes de production maraîcher et aquacole, a entièrement sa place dans ces approches novatrices de l'agronomie, de par la nature même de son fonctionnement et de sa philosophie : recyclage et valorisation des effluents d'élevage aquacole, réduction des besoins en eau, abandon de l'utilisation d'engrais azotés et phosphorés, association d'espèces complémentaires, création d'écosystèmes plus résilients.

    L'aquaponie relève ainsi d'une démarche pragmatique sur les plans technique, économique et environnemental, et cherche à s'intégrer dans une démarche d'économie circulaire.

    Le présent ouvrage a été rédigé dans le cadre du projet CASDAR-APIVA (Aquaponie, innovation végétale et aquaculture), programme de recherche dirigé par l'ITAVI en partenariat avec l'Inra, le Cirad et l'EPLEFPA de Lozère et financé par le CASDAR. Son but est d'apporter la connaissance nécessaire aux investisseurs et utilisateurs de demain.

    Ce livre s'adresse aux professionnels de l'aquaculture, de l'horticulture et du maraîchage, aux porteurs de projets, mais aussi aux particuliers passionnés.

  • Quarante ans après la publication du premier "livre rouge", la rénovation du système d'alimentation Inra pour les ruminants permet de mieux répondre aux défis émergents en nutrition animale : qualité des produits, santé animale, émissions dans l'environnement, tout en améliorant la prévision des réponses productives.

    La prévision de l'ingestion des animaux couvre une plus grande diversité de pratiques. Les interactions digestives sont mieux prises en compte, de sorte que la valeur alimentaire de la ration est mieux estimée. Elle n'est plus désormais la simple somme des apports de chaque ingrédient, et s'accompagne d'une prévision des flux des principaux produits terminaux de la digestion. De même, l'estimation des dépenses et des besoins des animaux est améliorée. Elle intègre en particulier le fait que l'efficience d'utilisation des protéines est variable. Le nouveau système permet d'alimenter les animaux en fonction d'objectifs qui peuvent différer de leur trajectoire de production potentielle, et de prévoir différentes réponses en fonction de la ration distribuée. Ces innovations majeures rendent possible diverses optimisations de la ration selon des critères définis par l'utilisateur.

    Les tables des valeurs des aliments et leur prévision complètent cet ouvrage, tandis que le logiciel INRAtion®V5 met en oeuvre les principales équations et les concepts de base du nouveau système pour une utilisation pratique en rationnement.

    Cet ouvrage décrit l'ensemble du système d'alimentation pour les productions de lait et de viande, chez les bovins, ovins et caprins, en incluant les spécificités des zones tropicales et méditerranéennes. Il trouvera toute son utilité auprès des professionnels de l'élevage (techniciens, ingénieurs et vétérinaires), des chercheurs et enseignants, ainsi que des étudiants concernés par la nutrition et l'alimentation des ruminants.

  • Après Le Peuple singe (1989), Le Peuple de l'herbe (1996) et Le Peuple migrateur (2001), racontés au cinéma, voici "Le Peuple microbien", un récit à découvrir à une échelle inédite, microscopique. Il nous embarque pour un voyage naturaliste sur la piste des virus, bactéries, archées, microalgues, protistes ciliés et amibes, nématodes et tardigrades, dans leurs milieux aussi divers que le corps humain, la ville, les animaux et les plantes, l'océan et les sols, mais aussi les sources hydrothermales et la calotte glaciaire, et jusqu'à la station spatiale internationale !

    À travers les prismes de l'évolution, de l'écologie, de l'agronomie, de la médecine, ou de l'histoire des sciences et de la société, l'auteur donne les clés de compréhension de ces micro-organismes. En collaboration avec d'autres spécialistes, il propose une trentaine de "fiches d'identité" illustrées qui brossent le portrait de spécimens caractéristiques.

    Regorgeant d'anecdotes passionnantes, ce livre offre aux amateurs de science, enseignants, étudiants, grand public et même professionnels, une porte d'entrée vers cet univers à la fois omniprésent et invisible à l'oeil nu qui n'a pas fini de nous surprendre.

  • La France est le deuxième producteur européen de blé dur derrière l'Italie et se classe au deuxième rang mondial pour les rendements. Les surfaces cultivées fluctuent énormément au fil des ans en raison de l'évolution climatique, des orientations de la politique agricole commune et de la concurrence internationale. Cette production est confrontée à de nombreux enjeux, notamment liés à la qualité, à l'économie, à l'environnement, aux risques climatiques ou culturaux, et touche tous les maillons de la filière : sélection, production, commercialisation, transformation, consommation.

    Cet ouvrage présente une synthèse unique sur le blé dur, en s'appuyant sur de nombreuses études récentes ainsi que sur des considérations économiques et stratégiques. Il aborde à la fois l'historique du blé dur, les systèmes de culture et de production, la recherche génétique et la création variétale, l'écophysiologie et ses retombées agronomiques, les bioagresseurs et leur maîtrise, la qualité technologique et sanitaire, les procédés de transformation, de même que les données sur la consommation, la nutrition, l'économie et le rôle du numérique dans l'organisation de la filière.

    Les nombreux auteurs - chercheurs, ingénieurs, universitaires et professionnels de la filière - font ici un bilan des connaissances actuelles et de leurs implications pratiques. Ils évoquent enfin les pistes d'évolution en cours ou souhaitées pour asseoir la durabilité de la filière, tant du point de vue des innovations technologiques que des perspectives économiques et sociétales.

    Cet ouvrage s'adresse aux acteurs de la filière, mais aussi à ceux de la recherche, du développement et de la formation.

  • Depuis 3,85 milliards d'années, la nature n'a eu de cesse de faire prospérer la vie. C'est dire si elle a un temps d'avance sur nous !

    Grâce à la science, nous prenons chaque jour un peu plus la mesure des incroyables performances du monde vivant. "Prenez vos leçons dans la nature !", disait Léonard de Vinci. Des ailes "solaires" du papillon Morpho au ver marin donneur de sang universel, des algues puits de carbone aux enseignements médicaux des chimpanzés, en passant par le fil de l'araignée cinq fois plus solide que l'acier... l'homme s'émerveille et invente. Cannes pour aveugles basées sur l'écholocalisation, éoliennes à haut rendement aussi flexibles que des ailes, bâtiments "vivants" sensibles comme la pomme de pin aux variations du climat, et peut-être un jour des villes éclairées grâce aux lumières des abysses, la source d'inspiration est inépuisable et les champs d'application du biomimétisme multiples. De nombreuses solutions aux problèmes que rencontrent nos sociétés semblent se trouver au coeur de la nature qui nous entoure, écoutons-la !

    Ce beau livre présente 30 exemples de démarches bio-inspirées et montre comment, à partir du génie de la nature enfin dévoilé, des chercheurs, des innovateurs et des entrepreneurs imaginent pour nous le monde de demain.

    Préface de Gilles Boeuf.

  • Depuis la première édition de ce livre, en 2008, plus de 10 000 nouvelles contributions à la connaissance des mycorhizes ont été publiées. Voilà pourquoi cette nouvelle édition augmentée et mise à jour a paru nécessaire. Les mycorhizes sont formés par des champignons microscopiques qui font merveille en horticulture en travaillant en symbiose avec les racines des plantes. Les champignons aident les plantes à puiser des éléments nutritifs dans le sol et à s'adapter au milieu. En échange, les plantes fournissent aux champignons l'énergie qu'ils sont incapables de tirer eux-mêmes du soleil.

    Au cours des dernières années, une multitude de travaux ont clairement démontré l'intérêt scientifique et pratique de ces symbioses pour l'ensemble des végétaux du monde entier. Pourtant, en dépit de ces preuves répétées et irréfutables, un grand nombre de praticiens en horticulture, en agriculture, en foresterie et en environnement comprennent encore mal l'importance concrète de ce phénomène. C'est dans cet esprit que les auteurs ont préparé cette nouvelle édition qui vise à la fois à faire comprendre la biologie des mycorhizes dans ce qu'elle a de plus fascinant et à montrer comment en tirer profit dans de très nombreux aspects de la culture des plantes et de leur protection, tout en assurant le maintien des équilibres naturels.

  • Les plantes disposent d'une immunité naturelle qui leur permet de résister aux maladies et aux agressions parasitaires dans leur environnement. L'invention puis le développement de l'agriculture ont cependant créé des milieux très favorables à l'émergence de nouvelles maladies et au développement des épidémies. Cette vulnérabilité sanitaire s'est ensuite accentuée avec l'intensification agricole, à partir des années 1950, de sorte que le recours généralisé aux pesticides de synthèse est devenu un pilier essentiel de la production. Ce modèle est désormais remis en cause et le développement d'une protection agroécologique des cultures devient une nécessité.

    Comprendre comment fonctionne l'immunité des plantes et déchiffrer leur arsenal de défense face aux agressions parasitaires est essentiel pour produire des variétés résistantes et réduire la dépendance de l'agriculture à la protection chimique. Mais il faut compter avec la formidable capacité d'adaptation des populations pathogènes, qui conduit les chercheurs à imaginer des stratégies complexes pour maintenir efficace la résistance des variétés cultivées. Les gènes qui confèrent la résistance aux plantes commencent à être perçus comme un bien commun à préserver absolument.

    Cet ouvrage explicite les concepts fondamentaux et s'appuie sur des études de cas pour réaliser une synthèse très complète des travaux en biologie, en modélisation et en sciences sociales sur ce qu'est l'immunité végétale et sur la manière dont elle pourrait concourir à une agriculture respectueuse de l'environnement.

  • La permaculture est un mouvement écologiste qui a connu une remarquable croissance transnationale, à partir des années 1980. Il témoigne d'une forme d'activisme environnemental dont les sciences sociales ont du mal à saisir l'originalité.

    On en comprend d'autant mieux l'intérêt que la transition écologique est aussi un défi, celui d'élaborer un imaginaire politique pour une société écologique ouverte. Cet ouvrage retrace l'histoire du mouvement de la permaculture et de sa diffusion planétaire, ainsi que les principales influences intellectuelles ayant contribué à l'élaboration de sa proposition culturelle et politique.

    Celle-ci pourrait se définir comme "l'art de réhabiter" ou comment concevoir, de manière écologiquement et socialement durable, la réponse aux besoins fondamentaux des êtres humains. À partir des résultats d'une enquête menée en Italie, l'auteure discute des apports de la permaculture à l'effort collectif pour imaginer des articulations entre les interdépendances écologiques dans un milieu, la lutte contre les inégalités et les aspirations à l'émancipation.

  • Avec pour guide la curiosité, cet ouvrage vous invite à une promenade buissonnière dans le monde microscopique des bactéries.
    Nous avons d'elles une image peu nuancée. Elles sont l'ennemie à éradiquer absolument à grand renfort de désinfectants ménagers. Un monde sain et aseptisé ne saurait tolérer leur présence. Il ne faut bien sûr pas sous-estimer les bactéries vectrices de maladies dont certaines ont été responsables des grandes épidémies qui jalonnèrent l'histoire. Cependant, ces serial killers ne sont pas représentatifs du monde bactérien dans sa globalité.
    La plupart des bactéries nous ignorent autant que nous les ignorons. Et pourtant pourrait-on imaginer notre monde sans elles ? Nous savons qu'elles sont indispensables à notre microbiote mais peut-être moins que notre atmosphère serait irrespirable sans elles. Comment génèrent-elles la neige et la pluie sans qui les bulletins météo seraient d'une ennuyeuse monotonie ? Comment s'y prennent-elles pour produire le saucisson, le fromage, les grands vins, la choucroute ou le café ?
    Leurs talents de chimiste sont également des plus surprenants. Elles ont ainsi changé le cours de la première guerre mondiale et sont également capables de dissoudre les épaves coulées des paquebots transatlantiques... Pourraient-elles aussi apporter un début de solution à l'épuisement des énergies fossiles ? Comment produisent-elles nombre de nos médicaments ?
    Autant de réponses à découvrir tout au long de cet ouvrage surprenant, avec à la clé un regard bien différent sur le monde bactérien...

  • Les végétaux sont souvent considérés comme des êtres insensibles. Certes, ils n'ont pas d'organes des sens comme les nôtres : pas d'yeux, d'oreilles ou de nez.
    Comment font-ils alors pour percevoir les stimulations de l'environnement : vent, pluie, blessure, attaque d'herbivores ou de ravageurs, et même rayonnements électromagnétiques tels que ceux de la téléphonie mobile ? Non seulement ils perçoivent mais ils répondent aux stimulations par des modifications de leur métabolisme et de leur développement, parfois même par des mouvements.
    Ils ont inventé avant nous la guerre chimique et la guerre biologique. Certains seraient même capables d'avertir leurs voisins qu'un danger les menace ! La réponse aux stimulations peut être rapide et directe (comme avec la sensitive ou la dionée attrape-mouche). Malgré l'absence de système nerveux, les plantes peuvent également mettre en oeuvre de véritables mémoires : la répétition d'un stimulus modifie l'intensité de la réponse, ou bien le stimulus entraîne le stockage d'une information comme si la plante "se rappelait" avoir perçu un signal des jours, parfois des semaines plus tôt.
    Quel est, pour les plantes, l'avantage évolutif de posséder de la mémoire ? Quand, où et comment se produit le stockage d'information ? Qu'est-ce que la mémoire des plantes comparée à celle des humains et des animaux ? Autant de questions passionnantes et troublantes auxquelles répond Michel Thellier avec l'exigence de la clarté et de la rigueur scientifique. C'est en effet un ouvrage unique en son genre qui bouscule nos idées reçues tout en restant accessible à un large public - amoureux de nature, scientifiques, professionnels...

  • La biodiversité joue de nombreux rôles, à la fois source et produit du bon fonctionnement des écosystèmes dont dépendent les services écosystémiques. Dans un contexte de pressions toujours croissantes sur les milieux naturels, les études sur les valeurs de la biodiversité et les services écosystémiques aident à mieux comprendre les interactions entre nature et sociétés, à anticiper les bouleversements à venir et à concevoir des mesures de gestion appropriées.

    Cet ouvrage découle d'un séminaire qui a mobilisé plus de 40 scientifiques issus d'une grande diversité de disciplines : écologie, philosophie, géographie, droit, économie, génétique, anthropologie, sciences politiques. Il a fidèlement conservé la libre expression de perspectives parfois divergentes afin de restituer la dimension dynamique et vivante des processus d'avancée des connaissances.

    Trois thèmes y sont abordés : la question des valeurs de la nature en général, les relations entre biodiversité et bien-être humain à travers les services écosystémiques, et enfin les différentes formes d'opérationnalisation de ce concept.

    Nous espérons qu'à sa mesure, il participera à alimenter le nécessaire débat de société sur notre rapport à la nature.

  • Qu'y a-t-il de commun entre les plages de Bretagne, la lagune de Venise, et le littoral chinois de Qingdao ?
    Tous les trois ont fait la "une" des journaux en raison d'impressionnantes "marées vertes", causées par l'accumulation estivale de macroalgues du genre Ulva.
    Ces marées vertes sont la forme la plus visible d'un enrichissement excessif des eaux marines. Cela ne doit pas faire oublier la forme planctonique, bien plus étendue vers le large, qu'on appelle "eaux colorées". Ces phénomènes peuvent s'avérer dangereux tant pour la faune marine, que pour le promeneur du littoral ou le consommateur de coquillages. Alors quelle est la cause de ce soudain dérèglement ? Peut-on y remédier ?
    Depuis quand y a-t-il des marées vertes ? Est-ce un phénomène permanent ou saisonnier ? Que fait-on pour se débarrasser d'une marée verte déjà formée ? Quels sont les impacts sur l'écosystème marin ? Quelles sont les nuisances pour la société humaine ? Peut-on tirer de l'énergie des algues vertes ? Quelle est l'attitude du monde agricole ? Que fait l'administration pour diminuer la nuisance ? Eaux "rouges" contre marées "vertes" : quelles différences pour l'environnement ?
    Autant de questions auxquelles ce petit livre répond sans complaisance ni catastrophisme, au plus près de la connaissance scientifique actuelle, loin des polémiques qui masquent trop souvent la réalité ! Il intéressera les personnes soucieuses de la qualité de leur environnement côtier.

  • Deux ans après la parution de L'homme peut-il s'adapter à lui-même ?, ses auteurs et d'autres scientifiques, tous connus dans leur domaine, se réunissent à nouveau. Un grand nombre d'entre eux acceptent de participer à ce nouvel ouvrage. Malgré les alertes et quelques améliorations, ils savent que le constat reste alarmant. Le vivant lui-même nous l'indique.
    Partout, les dates de récolte avancent ; partout, les aires de répartition d'espèces marines et continentales sont spectaculairement modifiées. Les effets du changement climatique se superposent aux dégradations directes de l'environnement, et ceci pour toutes les espèces vivantes, y compris l'espèce humaine.
    Allons-nous être capables de réagir à temps ? Qu'attendons-nous ? Que nous faut-il pour enfin accepter de changer ? Car pour s'adapter, ne faut-il pas, d'abord, accepter de changer ? Ces questions sont désormais centrales dans l'évolution géopolitique des sociétés humaines car déjà, du changement climatique se déclinent de nombreux conflits et souffrances, car il n'y aura pas d'agriculture durable sans respect des données écologiques et pas de santé durable autrement basée que sur l'écologie. Il nous faut trouver, de toute urgence, un nouveau système économique, beaucoup plus soutenable, ne consistant pas à gagner de l'argent en détruisant la nature ou en la surexploitant. Il nous faut aussi trouver un nouveau système social, beaucoup plus partageur, non centré sur une mince couche de la population !
    « Il y a toujours eu de l'improbable dans l'histoire humaine, le futur n'est jamais joué... ».
    Edgard Morin, cité dès l'introduction de cet ouvrage, donne le ton. Chacun dans leur domaine, les scientifiques nous livrent ce que pourraient être les conditions d'une réelle métamorphose : celle qui nous permettrait d'accepter nos limites dans la diversité d'une planète dont nous ne sommes qu'un des éléments et d'acquérir une véritable conscience humanitaire planétaire !
    L'ouvrage s'adresse à un large public, familier des sciences ou intéressé. Les enjeux qu'il aborde concernent également les décideurs et au-delà, tout citoyen conscient des priorités à venir.

  • Inodores, incolores, invisibles et passe-partout grâce à leur très petite taille, les nanomatériaux ont envahi depuis quelques décennies les objets du quotidien : bonbons et chocolats, peinture et colle, vêtements et médicaments, yaourts et plats cuisinés, crème de beauté et dentifrice... Même les emballages en regorgent !
    Désormais il faut donc compter avec eux. Nous les inhalons et les ingurgitons sans même nous en apercevoir tant leur cheminement à travers l'organisme est sinueux et énigmatique. Car avant même d'évaluer leurs capacités à traverser ou non des barrières biologiques, avant même de juger de leur utilité, les voilà sur place et en masse.
    Où réside le génie de ces lilliputiens ultra-réactifs ? Ils augmentent les rendements des panneaux solaires, rendent les capteurs hypersensibles, démultiplient la puissance de calcul des ordinateurs, réinventent l'électronique, élaborent des médicaments sans effets secondaires...
    Faut-il en avoir peur ? Les encenser ou les boycotter ? Arrêter d'en produire ou, au contraire, foncer dans cette course mondiale qui a débuté il y a à peine deux décennies ?
    À travers une série de rencontres avec des spécialistes, l'auteure souligne la complexité du problème dès lors que l'on y porte un regard global, alerte contre les solutions simplistes et plaide pour que le consommateur soit pleinement informé.

    Car dans ce nanomonde qui s'ouvre, c'est notre vigilance et notre sens civique qui feront toute la différence.

  • "Un robot dans chaque foyer". Voilà ce que prédit Bill Gates pour les années à venir. Pour le célèbre cofondateur de Microsoft, le bouillonnement actuel dans le domaine de la robotique rappelle étrangement celui qui régnait dans l'informatique, du temps où il rêvait d'un ordinateur pour chaque maison. Un rêve que la réalité a aujourd'hui largement dépassé !
    Mais au fait, d'où viennent ces robots qui s'invitent chaque jour un peu plus dans notre quotidien ? Tâches domestiques, transports, loisirs, soins... : lesquels font déjà partie intégrante de notre vie ? Sont-ils réellement plus performants que les humains ? Emploi, sécurité, relations humaines... : peuvent-ils s'avérer dangereux ? Et à l'avenir, jusqu'où iront-ils ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage apporte des réponses claires, basées sur des entretiens avec des roboticiens et informaticiens reconnus.
    De quoi mieux comprendre les réalités concrètes que recouvre ce terme de "robot" devenu un peu fourre-tout. De quoi aussi prendre un peu de hauteur sur ce sujet qui n'a pas fini de faire la une des journaux... ni d'inspirer les scénaristes de films de science-fiction.
    Alors, prêts à plonger au coeur de la révolution robotique ?

  • Faut-il du sel pour faire du savon ? A-t-on besoin de sel pour momifier ? Le sel nuit-il à la santé ? Pourquoi l'eau dissout-elle le sel ? Pourquoi mettre du sel dans un seau à champagne ? Ou encore, y a-t-il du sel sur Mars ? Des questions tous azimuts dont les réponses, accessibles à un large public, sont toujours concises, faciles à lire, riches en enseignements, et ne manquent pas de sel.

    Féru de vulgarisation et autorité reconnue en la matière, l'auteur se veut l'apôtre d'un gai savoir, loin de tout dogmatisme, pourfendant les idées reçues.

  • Les végétaux sont essentiels au fonctionnement de tous les écosystèmes de la Terre. Ce fascicule retrace les grandes lignes de l'évolution des végétaux, puis aborde les principaux aspects de la biologie végétale descriptive : caractéristiques des cellules végétales, mise en place des principaux niveaux d'organisation d'une plante (tissus, organes, architecture globale), reproduction, importance de la lumière (photosynthèse et photomorphogenèse), nutrition des végétaux terrestres.
    Ces notions fondamentales sont traitées de façon concise et illustrées par des schémas explicatifs. Les points essentiels sont synthétisés en fin de chapitre.
    Cet ouvrage permet au lecteur d'acquérir rapidement ou de réviser les connaissances de base en biologie végétale : étudiants des filières agricoles ou en cursus universitaire de biologie jusqu'à la licence, apprenants des formations permanentes.
    Premier d'une série de trois fascicules portant sur les végétaux : les deux suivants, à paraître en 2015, aborderont les relations entre les végétaux et leur environnement puis les symbioses qu'ils établissent avec d'autres organismes vivants.

empty