Langue française

  • Antigone

    Sophocle

    • L'arche
    • 6 Avril 2007


    antigone nous parlerait de la résistance courageuse d'une jeune fille contre la machine broyeuse de l'etat, incarné par créon.
    il défendrait les valeurs de la cité, elle défendrait les valeurs de la religion. antigone est sympathique parce qu'elle aurait le courage de se révolter, créon est antipathique parce qu'il aurait le pouvoir d'etat. mais on peut inverser les sympathies : antigone est une intégriste, une fanatique de la religion des morts, à qui sa naissance souillée - elle est née d'un inceste - interdit tout avenir.
    face à elle, un créon nationaliste, un militaire à poigne, veut imposer un etat " laïque ". l'histoire permet surtout à deux grandes voix de s'affronter musicalement. l'une en chantant son propre deuil de jeune fille n'ayant jamais eu d'enfant, l'autre le suicide de son fils et de sa femme, morts par sa faute. lequel est le plus malheureux ? lequel des deux entraînera le choeur dans son chant et sa douleur ? tel est peut-être l'enjeu d'une tragédie qui est d'abord, comme toute tragédie, une suite de choeurs offerts à dionysos.
    la traduction de florence dupont est philologiquement exacte et d'une limpidité parfaite. plus rien de ce côté fumeux qui caractérise trop de traductions classiques.

  • La vie de Galilée

    Bertolt Brecht

    • L'arche
    • 13 Juin 1997

    On avait toujours dit que les astres étaient fixés sur une voûte de cristal pour qu'ils ne puissent pas tomber.
    Maintenant nous avons pris courage et nous les laissons en suspens dans l'espace, sans soutien, et ils gagnent le large comme nos bateaux, sans soutien, au grand large. et la terre roule joyeusement autour du soleil, et les poissonnières, les marchands, les princes, les cardinaux et même le pape roulent avec elle.

  • Points de non-retour [diagonale du vide]

    Alexandra Badéa

    • L'arche
    • 14 Janvier 2022

    Cette pièce vient clore la trilogie des « Points de non-retour » débutée avec [Thiaroye] en 2018, suivie de [Quais de Scène] en 2019, formant ainsi une grande fresque historique aux récits intimes enchâssés. Poursuivant son exploration des récits manquants de l'histoire postcoloniale française, Alexandra Badea s'attache ici à un épisode lui aussi largement méconnu : les « enfants de la Creuse ». Le transfert d'enfants réunionnais organisé par les autorités françaises, dans le but de repeupler certains départements victimes de l'exode rural dans les années 1960 et 1970. Qui sont ces enfants déracinés, qui peuplaient les foyers de la DDAS dans les années 1980 ? D'autres récits d'abandons viennent s'y articuler, posant la question de la responsabilité de l'État dans cette vaste entreprise de déportation.
    Dans un foyer abandonné, envahi par la végétation, Nora (figure récurrente des autres volets de la trilogie) réalise un documentaire sur les « enfants de la Creuse » pour saisir des traces de sa mémoire familiale. Elle rencontre trois anciens pupilles qui, trente ans auparavant, ont séjourné dans ce foyer, aujourd'hui dévasté par le temps.
    S'articulent ainsi mémoire familiale, générations sacrifiées et pages effacées de l'histoire contemporaine, mettant à jour les interférences politiques dans un espace intime anéanti.

  • Mademoiselle Julie

    August Strindberg

    • L'arche
    • 13 Juin 1997

    " Tu crois que je veux porter tes enfants sous ma peau, les nourrir avec mon sang. te faire un fils et prendre ton nom ! Au fait, quel est ton nom ? Je ne l'ai jamais entendu, ton nom - tu n'en as même pas, probablement. Je serais "Mme la gardienne" ou "Mme Durand", chien qui portes mon collier, laquais qui as mes armes sur tes boutons ! Moi, te partager avec ma cuisinière, être la rivale de ma propre servante ! Oh ! Oh ! Oh ! Tu penses que j'ai peur et que je veux filer ! Non, maintenant, je reste, souffle le vent, tombe la foudre ! " (Mademoiselle Julie).

    " Ainsi je me promène comme un bourreau et anthropophage. Quel métier d'être écrivain : d'avoir à tuer et de vendre comme un boucher. " Ces mots écrits en 1898, Strindberg (1849-1912) les a envoyés, après le divorce de sa deuxième femme, à sa fille Kerstin qui habitait alors chez sa grand-mère en Autriche. Peu importe que la fille n'ait que quatre ans et ne sache pas lire. Écrire fut pour Strindberg un acte magique : avant tout comptait l'acte lui-même. C'est par là qu'il a sauvé sa vie et s'est libéré de la peur de devenir fou. En quelque sorte, il n'y a dans son oeuvre qu'un seul personnage principal : lui-même, dans toutes ses variations, transformations, évolutions. Mais attention : talent oblige, il était parfaitement conscient, et son oeuvre le montre, qu'il faisait partie d'un monde et d'une époque auxquels il ne pouvait pas échapper.

  • Figaro divorce

    Odon von Horvath

    • L'arche
    • 27 Novembre 2008

    Quoi ?! Ce misérable émigré ose revenir ?! Voilà le comble de l'impertinence, l'effronterie faite homme, la provocation la plus éhontée du siècle !

  • Mère courage et ses enfants

    Bertolt Brecht

    • L'arche
    • 13 Juin 1997

    De 1618 à 1648, la guerre de Trente Ans a dévasté l'Europe. Pour Brecht, cette guerre est " l'une des premières guerres gigantesques que le capitalisme a attirées sur l'Europe. " Mère Courage reconnaît l'essence mercantile de cette guerre : elle suit les armées avec sa carriole de marchandises et fait de bonnes affaires. " Tout au long de la pièce, Mère Courage a les yeux collés, elle n'arrive pas à le voir ; pour elle, le négoce est extensif à la guerre, la guerre est contingente au négoce. " (Roland Barthes) Mais cette marchande a aussi des enfants, et c'est là que la bât blesse et que la dialectique passe à l'attaque.
    Brecht écrivit Mère Courage en exil, à l'automne 1940, à une époque où le peuple allemand était aussi peu capable que Mère Courage de tirer les leçons de ses malheurs et de surmonter ses contradictions. Mais aujourd'hui, les Mère Courage ont-elles disparu ?
    La mise en scène de la pièce par Brecht en 1949, avec le Berliner Ensemble, a pour la première fois fait connaître concrètement au public, et avec un immense succès, le théâtre épique et dialectique, tel que Brecht l'avait conçu pendant son exil.
    À la fin de ce volume, le lecteur trouvera des textes de Brecht éclairant Mère Courage sous cet angle.

  • Quand viendra la vague

    Alice Zeniter

    • L'arche
    • 21 Août 2019

    Fable écologiste et apocalyptique, Quand viendra la vague est une comédie humaine aux allures de Jugement dernier.
    Le déferlement d'une vague bouleverse l'écosystème d'une petite île et menace de frapper de plus belle. Avec humour, la pièce oscille entre jeu réaliste et fiction eschatologique. Qui survivra à la mystérieuse crue ? Qui « mérite » d'être sauvé ? Assis sur un rocher, Mateo et Letizia assistent à la montée des eaux et procèdent à la sélection des espèces.
    A l'heure du règlement de comptes et de l'effondrement de leur monde, ces maîtres du jeu sauront-ils pardonner aux fantômes du passé et se libérer de leur insularité ?

    Dans cette courte forme aux dialogues ciselés, Alice Zeniter s'intéresse à l'enfermement que représente le couple. Que signifie choisir quelqu'un ? Nul homme n'est une île.

  • Dialogues d'exiles

    Bertolt Brecht

    • L'arche
    • 13 Juin 1997

    Le passeport est la partie la plus noble de l'homme.
    D'ailleurs, un passeport ne se fabrique pas aussi simplement qu'un homme. on peut faire un homme n'importe oú, le plus étourdiment du monde et sans motif raisonnable ; un passeport, jamais. aussi reconnaît-on la valeur d'un bon passeport, tandis que la valeur d'un homme, si grande qu'elle soit, n'est pas forcément reconnue.

  • Manque

    Sarah Kane

    • L'arche
    • 24 Juin 2002

    Manque est un texte duquel la violence physique, si caractéristique d'Anéantis ou de Purifiés, est absente. Quatre voix dont l'identité n'est pas clairement définie parlent respectivement entre elles et à ceux qui les écoutent. La lecture de Preparadise sorry now de R.W. Fassbinder est à l'origine du projet. Les ressemblances avec La Terre vaine de T.S. Eliot sont patentes, du moins sur le plan poétique, car le texte est truffé d'allusions et de citations, sans que Kane ait voulu les identifier. Quant au sujet, les voix qui déversent leurs sensations dans un torrent d'impressions, de souvenirs et de désirs sont à l'image de l'idée que Sarah Kane se faisait de l'amour : dès que deux personnes forment une relation, une sorte de colonisation prend place et l'une d'elles risque d'être abusée par le pouvoir que l'autre exerce sur elle.

  • Anéantis

    Sarah Kane

    • L'arche
    • 21 Octobre 1999

    En 1995, Sarah Kane écrit Anéantis (Blasted) qui est aussitôt créé au Royal Court Theatre de Londres. Presque trente ans après Sauvés d'Edward Bond, créé dans le même théâtre, la presse britannique se déchaîne : sale, alarmant, dangereux. Mais l'auteur et sa pièce accèdent immédiatement à la célébrité.
    L'histoire de Ian et Cate dans un hôtel de luxe à Leeds est l'histoire d'un amour impossible. C'est aussi l'histoire d'une aliénation profonde entre les légionnaires de la guerre civile et la population qu'ils sont susceptibles de conquérir.
    Ce qui fait la gloire des dramaturges, c'est la forme qu'ils savent donner à leurs sujets. Et l'écriture de Sarah Kane est scénique, c'est-à-dire à trois dimensions. Dialogue et action s'enchevêtrent, se complètent et s'enrichissent mutuellement pour donner à l'ensemble une nouvelle profondeur de champ.

  • L'hôtel du libre-échange

    Georges Feydeau

    • L'arche
    • 26 Décembre 2007

    Pour monsieur c'était des esprits, pour madame c'était un cheval emballé !.
    Et tous les deux reviennent au domicile conjugal avec le même oeil en compote !. et ils voudraient nous faire croire que ce n'est pas en se débattant contre les agents qu'on leur a servi ces deux yeux au beurre noir.

  • Yerma

    Federico García Lorca

    • L'arche
    • 22 Juin 2007

    Yerma fait partie de la trilogie rurale composée par Federico García Lorca entre 1932 et 1936, avec Bodas de sangre (Noces de sang), et La casa de Bernarda Alba (La maison de Bernarda Alba). Yerma, qui donne son nom à la pièce, est une jeune épouse intensément frustrée de ne pas être mère. Elle sublime son désir d'enfant avec passion et en fait un but idéal, mais elle se heurte à la froideur de son mari Juan, et à la société qui l'entoure. Dans un dernier recours elle participe à un pèlerinage supposé favoriser la fertilité, mais qui donnera lieu à la tragédie finale. Teatr Penn-ar-Bed signe avec cette pièce puissante son retour sur les planches, avec la langue bretonne pour servir la richesse du texte de Lorca.

  • Les corps étrangers

    Aiat Fayez

    • L'arche
    • 7 Octobre 2011

    Le mythe de l'étranger connaît comme chaque mythe mille et une versions. Aiat Fayez fut un étranger en France et il l'est resté après avoir quitté ce pays. Le regard de l'étranger reste toujours un regard différent de celui des autochtones. Même avec la meilleure volonté, il parle avec un accent, s'habille différemment ou bouge autrement et, surtout, ne peut se défaire de sa peau. Il est marqué et tous ceux et celles qui le rencontrent le savent tout de suite : " D'où vient votre petit accent ? " Les autochtones ne lui sont pas hostiles, ce serait une hypothèse trop facile. Mais ils sont conditionnés, réagissent comme on les a éduqués, ce qui est simplement humain, n'est-ce pas ?...
    Voici quatre scènes qui jettent une fascinante lumière sur cette incompatibilité. Sous quatre angles successifs, Aiat Fayez observe des choses que nous ne pouvions voir avec nos yeux. C'est pour cela que nous avons besoin des siens.

  • Jeune fille sur un canape / ces yeux

    Jon Fosse

    • L'arche
    • 3 Juillet 2020

    Dans Jeune fille sur un canape´, pre´sent et passe´ se confondent. Une femme peint un portrait d'elle-me^me plus jeune, assise sur un canape´. De la` surgit un corte`ge de figures hante´es par leurs souvenirs. Des sce`nes de jalousie et de de´fiance se succe`dent, entre me`re et soeurs. Cette toile, miroir illusoire d'une jeunesse e´ternelle ou exutoire d'une enfance meurtrie, reve^t une e´trange puissance.

    Dans un espace onirique habite´ par des voix, Ces yeux de´vide l'e´cheveau de souvenirs d'un Homme et d'une Femme, invite´s par une ombre, devenus vieux, a` la rejoindre dans son royaume. Pre´sence sonore obse´dante, ces voix habitent le monde sans jamais le quitter.

  • Diane

    Fabrice Melquiot

    • L'arche
    • 10 Janvier 2020

    Cet autoportrait est une traversée d'un itinéraire artistique hors du commun. Diane Arbus, née Nemerov en 1923 d'une famille juive newyorkaise, travaille dans la photographie de mode aux côtés de son mari, avant de s'en affranchir pour imposer sa propre vision. Dans l'Amérique des années 1960, dans la lignée d'un Walker Evans, elle descend dans la rue à la rencontre de ses modèles. Restée célèbre pour ses portraits d'inconnu.e.s pris au reflex 6x6 à deux objectifs, elle se distingue par sa fascination pour les personnages hors-normes. « Ce que j'essaie de décrire, c'est l'impossibilité de sortir de sa peau pour entrer dans celle d'un autre. » Personnes transgenres, handicapés mentaux, jumeaux, nains, prostituées offrent des visages et des corps de l'Amérique moderne dont elle tente de capter la vérité, à contre-courant de l'esthétique conventionnelle du portrait.

  • La bonne âme du Se-Tchouan

    Bertolt Brecht

    • L'arche
    • 1 Mars 2004

    " j'ai toujours entendu dire : quand on aime, on marche sur un petit nuage, mais ce qui est bon, c'est qu'on marche sur la terre, sur l'asphalte.
    Vous savez, le matin, les pâtés de maison ressemblent à de gros tas d'ordures dans lesquels on aurait allumé des lumières, quand le ciel est déjà rose et encore transparent parce qu'il n'y a pas de poussière. vous voulez que je vous dise, vous perdez beaucoup si vous n'êtes pas amoureux et que vous ne voyez pas votre ville à l'heure où elle se lève de son lit, comme un vieil artisan qui, le ventre vide, emplit ses poumons d'air frais et saisit ses outils, ainsi que chantent les poètes.
    " le 18 mai 1941, lion feuchtwanger écrit à brecht depuis son exil californien : " j'ai reçu le manuscrit de la bonne ame du se-tchouan. c'est un petit miracle qu'au milieu de cette confusion barbare vous ayez pu réaliser quelque chose d'aussi beau, clair, tranquille et classique. " dans le se-tchouan, une province fort reculée de la chine, trois dieux voyagent. ils recherchent des justes. ils en trouvent une seule : shen té, la prostituée.
    Pour la récompenser, ils lui donnent un peu d'argent ; elle quitte son métier, ouvre une boutique de tabac. les ennuis commencent : passer de l'autre côté de la misère, c'est aussi devoir l'affronter. misère physique, sociale. mais aussi misère morale. dans la clairvoyance avec laquelle sont dépeints les habitants du se-tchouan, parle toute la tristesse et la révolte de l'exilé brecht devant l'incapacité des peuples à faire échec aux structures de domination.
    Brecht écrit cette pièce pendant que la guerre achève de détruire son pays. on retrouve, transporté en chine, le monde de l'opéra de quat'sous, mais s'y ajoute une tonalité morale, qui n'est pas sans rappeler parfois la flûte enchantée. la fresque épique des aventures de shen té est ponctuée d'appels désespérés à la bonté et d'explosions de colère, devant la médiocrité et la passivité des humains.
    à l'heure où les libertés civiles sont de plus en plus menacées, la pièce n'a rien perdu de sa force.

  • Baal

    Bertolt Brecht

    • L'arche
    • 13 Juin 1997

    Lorsque baal grandissait dans le sein de sa mère, déjà le ciel était très grand, calme et si pâle, et jeune et nu et formidablement étrange, et tel que baal l'aima, lorsque baal se montra.

  • Gratte-ciel

    Sonia Chiambretto

    • L'arche
    • 20 Août 2020

    Récit choral au coeur de l'Algérie contemporaine, Gratte-ciel est une traversée à plusieurs voix d'une ville contre-utopique et vibrante d'éclats, dans le projet architectural fantasmé par Le Corbusier en 1933. Sa maquette du « Plan Obus », corrigeant le plan d'Alger, devient support à l'architecture du récit. Ville fantôme de la colonisation moderne et symbole de domination sous couvert d'utopie, elle se fait tremplin d'un rêve d'émancipation, d'un fol espoir de modernité, entre guerre de la libération, affrontements de la « décennie noire » et courses-poursuites. Puissante motrice d'espoir et support de mémoires, elle est le porte-voix d'une jeunesse sur les toits ou sous les balles, la tête dressée vers le ciel.
    Dans ce récit grondant d'oralités, rythmé de pulsations et de respirations,

  • écrits pour la parole

    Léonora Miano

    • L'arche
    • 6 Janvier 2012

    Pourquoi Gaston Monnerville n'est-il pas devenu président de la République française ? Pourquoi cet homme politique, président du Sénat de 1959 à 1968, est-il si mal connu dans son propre pays ?
    Et pourquoi, pour les femmes noires dans la France d'aujourd'hui, tout va très bien, tout sauf les relations avec la gent masculine au travail, tout sauf les tensions sourdes avec les collègues femmes, et pourquoi ça ne marche pas et pourquoi ça ne va pas s'améliorer ?
    Léonora Miano consacre son premier texte pour le théâtre à la présence noire dans la France d'aujourd'hui. En partant d'une série d'histoires personnelles, In-tranquilles - la première partie du recueil - nous plonge dans l'intimité de ces personnages afropéens. D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? Ces voix, parfois ces cris, on les retrouve dans Femme in a city - la seconde partie - où elle rapporte les tribulations de femmes noires et françaises en quête de justice, d'égalité et d'amour.
    Pour Léonora Miano, on écrit " en raison d'une certaine tournure d'esprit et parce qu'on y est poussé ". C'est la nécessité de faire entendre des cris étouffés, de rendre audibles des paroles proscrites, qui la pousse aujourd'hui à nous livrer ces Écrits pour la parole. Léonora Miano nous tend un miroir qui avait perdu son tain et qui, par elle, le retrouve. Elle est l'auteur de six romans édités chez Plon, récompensés par de nombreux prix.

  • Dans un univers proche de Misery ou de My Absolute darling (Gabriel Tallent) Marti n Crimp excelle dans sa dernière pièce à disséquer les arcanes d'un désir sadien. Elle est sous-ti trée : « Douze variati ons sur Pamela de Samuel Richardson », l'un des tout premiers best-sellers à scandale de l'histoire du livre. Sorti en 1740, il emprunte la forme d'un roman épistolaire, qui aurait largement infl uencé Les Liaisons dangereuses. L'ouvrage rencontra un immense succès. Il y eut des réponses d'écrivains indignés, l'accusant de prôner la prosti tuti on, dont une inti tulée Shamela ; en quelque sorte le 50 Nuances de gris du XVIIIe siècle. Il connut maintes adaptati ons, dont celle de Goldoni.

  • Supervision

    Sonia Chiambretto

    • L'arche
    • 17 Janvier 2020

    Supervision est une immersion à plusieurs voix dans le monde de l'hôtellerie de luxe et de l'art de vivre à la française, de l'école hôtelière aux retours clients sur TripAdvisor. Prêtant l'oreille à ce territoire socioprofessionnel, Sonia Chiambretto décrit l'organisation du « petit monde » du service.
    Elle saisit des échanges entre deux portes, surprend des conversations de couloir, déconstruit le langage managérial, observe des techniques corporelles d'acceptation de l'inconfort, la lassitude ou l'efficace des « gens de service », sous l'étroite supervision de la direction et du « Groupe ». À l'écoute des relations entre les individus (diktat de la relation client ou pression des relations hiérarchiques), avec une langue technique et poétique, son écriture explore le pouvoir normatif des discours (règlements, protocoles, etc.) et la manière dont il plie les corps, comme on plie des draps de lits, selon une succession de gestes bien particulière.
    À la manière de POLICES !, elle mêle fiction, témoignages et document d'archives, prenant pour départ des entretiens menés par une sociologue auprès de salariés de l'hôtellerie et de la restauration. Des chambres à la réception, en poussant les portes battantes qui séparent la cuisine de la salle de service, ou en empruntant l'ascenseur jusqu'à la piscine à vagues du roof-top, ce texte dessine une cartographie intime de l'espace social.

  • Points de non-retour [Quais de Seine]

    Alexandra Badéa

    • L'arche
    • 7 Juin 2019

    Deuxième parti e de la trilogie sur les récits manquants de l'Histoire française récente, Points de non-retour [Quais de Seine] est une plongée dans l'intériorité de Nora. Déjà présente dans le premier volet, la jeune femme, réalisatrice de documentaires pour la radio, nous conduit de l'autre côté de la Méditerranée sur les traces de ses ancêtres. Elle découvre, à travers des rêves, des souvenirs enfouis et des fragments de récits documentaires, des morceaux de l'histoire de son père. Présent et passé se confondent.
    Quelle est la responsabilité de l'Histoire dans les déchirements d'une famille mixte, comme il en existe tant ?
    L'histoire de Nora vient entrer en résonance avec celle d'Irène, fi lle de « pieds-noirs » et de Younes, un Algérien, qui vivent un amour impossible au coeur du massacre des Algériens, le 17 octobre 1961, sur les quais de la Seine.

  • Démons

    Lars Norén

    • L'arche
    • 13 Juin 1997
empty