Edilivre

  • Emmy, dix ans, serait bien plus heureuse si elle n'avait pas à apprendre ses leçons et à faire ses devoirs. Pourtant, il le faut bien.
    Dans cette pièce de théâtre, Marilaure Garcia Mahé évoque la souffrance scolaire des élèves et celle des enseignants, ainsi que le désarroi des parents.

  • Cette pièce se passe dans la maison d'une famille d'expatriés en Afrique et met en scène un couple, les patrons, et leurs employés locaux. Cinq personnages se côtoient dans une atmosphère marquée par l'inégal accès aux richesses, les relations entre Occidentaux et Africains et l'instabilité politique. Tous, pris dans leur quête d'une vie meilleure, incarnent des réalités sociales et des idéaux différents qui se mêlent le temps d'une vie quotidienne partagée. Ce texte évoque l'ambivalence des relations entre classes sociales dans les pays du Sud et interroge les attentes de chacun dans un univers encore teinté de colonialisme.

  • Susan, George et Sontag sont trois femmes. La première, terrible et cynique, est une marchande d'armes doublée d'une facilitatrice des « journées du salopard ». La deuxième, naïve et déterminée, veut passer pour ce qu'elle n'est pas aux fins de venger son père assassiné en liquidant la première. La troisième, lunatique et sadique, se trouve là pour récupérer sa commande d'armes quand elle découvre les desseins de la deuxième. Quand elle en informe la première, il est trop tard pour elle-même, car Susan doit se débarrasser d'elle au plus vite...

  • Souhaitant parvenir à ses fins, Hannte use de charme et de cruauté. Elle entraîne dans sa mesquinerie Sana, mais également Crabousse qu'elle incite à acheter un bout de terrain que le jeune Chonchon a accaparé. Qui fera appel à la justice, sollicitera un huissier ou un marabout et pour quelle raison ?

  • Jeune homme de 19 ans, Aladji se perd dans son milieu de vie après un rêve. En dehors de la ville, il découvre de nombreuses créatures qui auparavant vivaient pour lui dans l'obscurité la plus absolue. Cette expérience de quelques jours en pleine brousse le place face à lui-même. Aladji : qui est-il vraiment ? Que doit-il faire ?
    Avec la complicité des génies peuls, Sira, la femme de l'eau, confie à l'adolescent une mission très importante. De son retour dépend la survie des traditions locales, qui à ses yeux s'effondrent à cause de la modernité. Alors qu'il prend la décision de ne plus jamais remettre les pieds dans la grande école française de la localité mandingue - et ce contre la volonté de sa famille -, sa quête semble déjà vouée à l'échec.

  • Sans limites est une brève pièce de théâtre qui condense jeux de mots frivoles et amusants, délires tortueux et pensées plus profondes. Intéressant mélange de styles et de genres, c'est aussi une oeuvre où la fiction se mêle à la réalité, où les personnages prennent conscience de leur situation, s'interrogent sur leur existence et leur destin, où le texte devient le sujet de sa propre réflexion...

  • Après trois ans de recherche Thierry Azzopardi a écrit une pièce pour donner à l'icône d'Hollywood son vrai visage. Point de glamour ici. L'auteur s'intéresse à une autre Maryline. Qui était vraiment cette femme que l'on affiche aujourd'hui sur tous les murs ? Qui était l'authentique Maryline ? Comment cette fille d'ouvrière, mariée à un employé des pompes funèbres à 16 ans, a-t-elle pu conquérir le coeur de millions d'admirateurs ?

  • « (...) Comment voulez-vous lutter contre un pays qui vous observe quand et comme il le souhaite grâce à ses satellites ? Que pouvez-vous opposer comme résistance quand votre adversaire peut en finir avec vous rien qu'en appuyant sur un bouton et sans quitter sa salle à manger ? Que pouvez-vous faire dans une situation de conflit face à un adversaire à qui vous devez votre approvisionnement en armes ? Vous pouvez être sûr qu'il ne vous vendra jamais les armes qui lui permettront d'avoir toujours une supériorité sur vous. Le continent africain en est là, monsieur. Il ne s'appartient pas. Et si vous prenez en considération les drones, les bombardiers, les sous-marins, les porte-avions et surtout l'arme nucléaire, monsieur, vous savez comment on se fait respecter ici-bas. » Le rapport d'Anna Mana met en scène, sous la forme théâtrale, les conflits comme une manne que les acteurs majeurs ne souhaitent pas voir disparaître...

  • Combattre les persécutions, résister par tous les moyens ou se mettre en marge et laisser la fureur passer ? Voici la question que pose cette pièce. Dans ce texte, nous sommes interpelés par ceux qui en sont les victimes, ici et maintenant. Il veut nous rappeler que les persécutions, qu'elles soient d'ordre politique, culturel, religieux ou sexuel, sont encore et malheureusement présentes dans notre monde prétendu « moderne ».

    Denis :
    « Souviens-toi Maxime, de nos prières, lorsque nous étions persécutés à cause de notre foi pour avoir refusé les sacrifices aux idoles. Nous avions demandé la paix et la sérénité !
    - Nos actes nous ont attiré des critiques, nous les avons supportées la tête haute.
    - Nous voilà, ici et maintenant. » Maxime :
    « Dans la Mort ? » Jean :
    « Dans l'Amour ! »

  • Tiacoh, brillant élève en classe de terminale, entretient une relation amoureuse avec la collégienne Akoua. Quelques mois plus tard, Akoua tombe enceinte de son petit ami. À la naissance de Dieudonné, M. Béda renie et chasse du domicile familial son fils Tiacoh pour son inconscience. L'obtention du Baccalauréat par le jeune lycéen permettra-t-elle de réconcilier le père et son fils ?

  • Automne 1950, Hongrie royale. La ville de Trencin est sous la menace de l'invasion turque. Élisabeth Bathory prend le pouvoir sur le royaume et devient la femme la plus influente de l'Est. Mais, derrière une apparente quiétude, se prépare une amère tragédie. En repoussant son amant Emmanuel, la comtesse devient, malgré elle, la victime d'un jeu sanglant et criminel. Convaincue que sa jeunesse et sa beauté se fanent plus que de raison, elle découvre les vertus du sang vierge et pur pour conserver ses attraits. Les meurtres se multiplient et la folie pousse Élisabeth à commettre l'irréparable...

  • Adaptation théâtrale de l'oeuvre d'Oscar Wilde.

    Une famille de riches Américains, les Otis, s'installe dans le château de Canterville, devenu leur propriété, malgré les mises en garde de lord Canterville sur le fait que le château serait hanté.
    Monsieur Otis est très cartésien et ne veut pas que sa vie soit perturbée par des manifestations surnaturelles.
    Mais le fantôme existe bien et il veut rester fidèle à sa mission de terroriser son monde. Comment la cohabitation va-t-elle se faire ?

    Le Fantôme de Canterville d'Oscar Wilde est une nouvelle qui a été adaptée sous toutes les formes. Dans cette adaptation pour seize personnages, les comédiens pourront faire revivre les aventures de la famille Otis, dans ce château de la Grande-Bretagne du XIXe siècle et de ce pauvre Sir Simon qui souhaiterait bien être tranquille...

  • Le crotale

    C. Rynie

    « Deux amis se retrouvent après s'être perdus de vue. Tous deux ont une conception de la vie très différente. Ils le découvrent au cours de leurs conversations qui sont souvent cocasses. »

  • Gaboche et Polmène sont deux personnages clownesques, habillés en marins du bassin d'Arcachon. Les saynètes de ce recueil ont été mises en scène à Bordeaux en 2006 par Anne-Caroline d'Arnaudy elle-même, à la Halle des Chartrons, pour une vingtaine de représentations et elles ont reçu un si bon accueil que Christelle Jean, comédienne et metteur en scène, a désiré reprendre ce spectacle en l'agrémentant de chansons originales ; il a été joué pendant dix ans, notamment au théâtre des Salinières et au Trianon, et dans la région Aquitaine à l'occasion de spectacles pour les fêtes des fin d'année.
    Ces saynètes courtes et humoristiques sont idéales pour apprendre le théâtre aux enfants.

  • AGHIR'ZAMANI

    Assane Mohamed

    • Edilivre
    • 16 Novembre 2017

    Cette pièce de théâtre, véritable fresque de la société comorienne contemporaine, analyse et critique avec lucidité le comportement indigne de certains enseignants qui, poussés par le gout du miel, oublient la mission qui leur est confiée par Allah : la formation des jeunes enfants confiés à leurs soins.
    Foundi Mataba, un maitre de l'école coranique tombe très bas et met enceinte Bastu, une de ses jeunes élèves. Très vite, le bruit court aux quatre coins du village de B. ; très vite, ses anciens élèves et vieux amis renversent la situation et prennent pour cible un copain de l'amie de Bastu, M'da... Foundi s'en sort heureux et Bastu, déshonorée et rejetée par sa famille, s'envole vers l'île soeur, Mayotte.

  • Visite guidée

    Lydia Chauvin

    • Edilivre
    • 21 Novembre 2017

    Vous êtes-vous déjà demandé ce que pensent vraiment les tableaux d'une galerie d'art après le passage des visiteurs ? Cette visite guidée vous permettra de connaître avec humour et originalité les revendications des toiles exposées.

  • Le Rêve têtu de Mapinda

    Bery Leslynna

    • Edilivre
    • 22 Novembre 2017

    « Le rêve têtu de Mapinda nous impose cette double interrogation qui nous plonge dans une profonde réflexion de la situation de notre vie : Le paradis est-il ailleurs ? Ou peut-on faire de son environnement son propre paradis ? » (extrait de la préface)

  • Se retrouver un temps

    Jérémy Gressier

    • Edilivre
    • 29 Novembre 2017

    « Cette femme est si sûre d'elle. Je ne sais pas si c'est seulement une illusion. En tout cas, j'ai l'impression qu'elle sait quelle direction la vie prend. Moi, j'ai peur. J'ai la crainte d'être heureux. Je me torture l'esprit. Je me fais mal. Je m'empêche de vivre la vie comme elle devrait être vécue. Mais cette femme... elle adoucit la blessure. Nos blessures à nous deux. Mon frère, je vois un ange. »

  • Après Pour l'amour des mots, Le printemps fleurira bientôt, voici Les Braises de mes vingt ans dans lequel l'auteur tente de concilier la beauté du fait théâtral avec le monde féerique de la poésie. Ainsi, le travail poétique de la langue théâtrale se retrouve dans une seule et même quête, rendre la dimension du texte encore plus beau. L'auteur persiste à dire, qu'il n'y a aucune belligérance entre le fait poétique et le fait théâtral, tant cela lui paraît être plus une richesse qu'un fossé. Pour Djaffar, le théâtre poétique est un ingrédient important, un ornement additionnel et utile, qui n'altère en rien la structure et les mécanismes de la pièce de théâtre.

empty