Th����tre

  • Antigone

    Jean Anouilh

    « L'Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par coeur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre. » Jean Anouilh.

  • Il est neuf heures du soir, dans un intérieur bourgeois de Londres, le salon de M. et Mme Smith. La pendule sonne les « dix-sept coups anglais ».

    « M. Smith : Tous les Bobby Watson sont commis voyageurs.

    Mme Smith : Quel dur métier ! Pourtant, on y fait de bonnes affaires.

    M. Smith : Oui, quand il n'y a pas de concurrence.

    Mme Smith : Et quand n'y a-t-il pas de concurrence ?

    M. Smith : Le mardi, le jeudi et le mardi.

    Mme Smith : Ah ! Trois jours par semaine ? Et que fait Bobby Watson pendant ce temps-là ?

    M. Smith : Il se repose, il dort. »

  • L'école des femmes

    Molière

    L'École des femmes est une comédie de Molière en 5 actes (comportant respectivement 4, 5, 5, 9 et 9 scènes) et en vers (1779 dont 1737 alexandrins), créée au Théâtre du Palais-Royal le 26 décembre 1662.

  • L'avare

    Molière

    • Eponymes
    • 19 Octobre 2009

    La version légendaire avec Pierre Vaneck, Jacques Fabri, Simone Valère, Jean Desailly, Maurice Baquet...

  • Le Cid

    Pierre Corneille

    • Eponymes
    • 1 Septembre 2006

    Au XIe siècle, à Séville, Rodrigue et Chimène se réjouissent de leur prochain mariage. Mais une grave querelle survient entre leurs deux familles... "La vertu cornélienne est au point où le cri naturel de l'orgueil rencontre le sublime de la liberté." Paul Bénichou.

  • Narration : l' auteur
    La leçon, créée à Paris en 1951 au théâtre de poche dans la mise en scène de Marcel Cuvelier est jouée conjointement avec la cantatrice au théâtre de la Huchette.

  • Le bourgeois gentilhomme

    Molière

    Cette comédie fut d'abord un spectacle de cour où la danse et la musique de Lully contribuèrent aux divertissements royaux. Quant au bourgeois vaniteux, il suscite la moquerie mais illustre aussi la promotion d'une catégorie sociale, maîtresse de l'économie. Edition avec dossier pour approfondir la lecture d'une pièce étudiée au lycée.

  • Une seule collection de lecture pour tous niveaux !

      Stucture :
    Une collection de lecture en français pour se divertir, s'enrichir et perfectionner ses connaissances des grands classiques de la littérature française.  Cette collection est accessible dès le niveau débutant, elle est organisée en quatre niveaux : A1, A2, B1 et B2Une dossier pédagogique à la fin de l'oeuvre est renforcé par des activités de compréhension, des fiches thématiques et des corrigés intégrésLes définitions des mots et des expressions difficiles figurent en bas de page Descriptif :
    Pour punir Sganarelle, son mari, Martine fait croire qu'il est médecin... Et voilà le boulanger Sganarelle, médecin malgré lui, obligé de faire le savant. Comme il est malin, il va réussir à tromper tout le monde. Et comme il est très drôle, il va surtout nous faire rire. Composant :
    Livre + CD audio MP3 contenant l'intégralité du texte  

  • Qui sont les précieuses ridicules ? Deux jeunes prétentieuses qui, fraîchement débarquées de province, ne trouvent rien ni personne assez distingué pour elles. Leur histoire, très drôle, est celle de la vanité punie. A travers elles, Molière fait la satire de la préciosité, un courant mondain fondé sur la galanterie, le raffinement des manières et la recherche du beau langage.

  • Les femmes savantes

    Molière

    • Eponymes
    • 13 Septembre 2007

    Les femmes savantes, c'est le savoir devenu fou, donc comique. Bélise aime trop les romans, Philaminte trop le bel esprit. Une teinture de philosophie, ou de science, ne suffit jamais ; le snobisme n'épargne pas les hommes, pédants ridicules comme Vadius et Trissotin. Le pire est que les héros aiment comme ils savent, de loin. Molière a transformé ces modèles momentanés en types éternels, en ancêtres de Bouvard et Pécuchet.

  • Narration : Jacques Roland C'est de cette traduction célébre que GOETHE a dit : "il me vient de singulières idées à l'esprit, quand je pense que ce livre garde encore sa valeur dans une langue où VOLTAIRE a régné en maître". EKERMANN nous a apporté également ceci : "Quant à la traduction de Gérard de Nerval, quoique la plus grande partie soit en prose, elle fut l'objet de compliments de GOETHE qui la jugea fort réussie. Je ne puis lire FAUST en allemand dit-il, mais dans cette version française, tout reprend sa fraîcheur, sa nouveauté, son esprit"

  • Ruy Blas

    Victor Hugo

    • Eponymes
    • 21 Décembre 2010
  • Bérénice

    Jean Racine

    Bérénice est une tragédie en cinq actes (comportant respectivement 5, 5, 4, 8 et 7 scènes) et en vers (1506 alexandrins) de Racine représentée pour la première fois le 21 novembre 1670 à l'Hôtel de Bourgogne. L'épître dédicatoire est adressé à Colbert, Racine lui ayant dédié Bérénice.
    Racine se serait inspiré de la romance avortée entre Louis XIV et Marie Mancini nièce du cardinal Mazarin. On dit que le roi, présent à la première de la pièce, aurait versé quelques larmes et que Marie Mancini aurait eu un malaise lors de la représentation Racine semble avoir choisi le thème de la séparation de Titus et de Bérénice pour concurrencer Corneille, qui préparait au même moment sa pièce Tite et Bérénice. Cependant, certains disent que ce serait Henriette d'Angleterre qui aurait demandé aux deux auteurs de préparer cette pièce simultanément.
    Suétone avait raconté l'histoire de l'empereur romain et de la reine de Palestine : parce que Rome s'opposait à leur mariage, Titus dut renvoyer Bérénice chez elle, invitus invitam (malgré lui, malgré elle). Racine élève la liaison sans doute assez banale d'un Romain et de sa maîtresse au niveau d'un amour absolu et tragique.

    Bérénice est longtemps restée dans un purgatoire dont elle n'est ressortie qu'au XXe siècle. Aujourd'hui, c'est l'une des tragédies de Racine les plus jouées après Phèdre, Andromaque et Britannicus.

  • 1537. Alexandre de Médicis, Duc de Florence, règne en tyran débauché et sanguinaire avec la bénédiction du Pape et de l'Empereur d'Allemagne. Orgies, tueries, beuveries illustrent le climat dans lequel baigne alors la ville des Arts. C'en est trop pour Lorenzo ! Idéaliste et pur, il prend à charge de supprimer Alexandre pour libérer Florence et la livrer aux soins des Républicains. A cette fin, il prend la peau de « Lorenzaccio » : un être vil, sournois, méprisé de tous et à l'entier service du Duc... Sur une idée de Georges Sand, inspirée par la réalité historique, ce drame de Musset écrit en 1834 dans un style de feu, nous donne à contempler l'âme humaine où misère et grandeur se côtoient avec passion. Superbement interprété par Xavier Béja.

  • Les chaises

    Eugène Ionesco

    Deux vieux, âgés de 94 et 95 ans, vivent isolés dans une maison située sur une île battue par les flots. Pour égayer leur solitude et leur amour désuet, ils remâchent inlassablement les mêmes histoires. Mais le vieil homme, auteur et penseur, détient un message universel qu'il souhaite révéler à l'humanité. Il a réuni pour ce grand jour d'éminentes personnalités du monde entier.
    Le thème de la pièce, c'est l'irréalité du monde. C'est une pièce sur l'absence. Il n'y a personne autour de nous, personne dans le monde, dans un monde évanescent qui disparaît, qui doit disparaître. Où est passé le passé ?
    Plus rien n'est et, ce quirevient au même, plus rien ne sera.Les deux vieillards qui sont là sont presque inexistants euxmêmes.
    Ils ne sont là que pour manier des chaises, des dizaines de chaises, et pas pour exprimer le vide ontologique, qui est le vrai sujet de la pièce. Ces deux vieillards sont des ratés sociaux et dérisoires mais entre eux, il y a l'amour.
    Et il n'y a en ce monde que deux essentialités : l'amour et la mort. C'est-à-dire que l'amour peut tuer la mort.

  • La reine morte

    Henry de Montherlant

    • Eponymes
    • 15 Janvier 2008

    C'est pendant la guerre, avec la création de La Reine morte, que Montherlant, célcbre depuis une vingtaine d'années déj´r pour ses romans et ses essais, se fait connaître sur la sccne française. Persuadé que la tragédie est l'une des clefs pour déchiffrer l'énigme des agissements humains et des rapports entre les etres, Montherlant ressuscite avec La Reine morte la grande tragédie, melant conflits politiques et affrontements familiaux, dressant pour l'éternité dans une lutte ´r mort le fils contre le pcre. On connaît l'argument : un roi, trcs malade, fait tuer la femme, Dona Incs, que son fils Don Pedro a épousée secrctement. Il meurt devant le cadavre de Tla reine mortet.

  • Les Plaideurs

    Jean Racine

    • Eponymes
    • 15 Janvier 2008

    Dossier 1. Aristophane ou Térence ?
    2. La réforme de la justice par Colbert 3. La satire des hommes de loi 4. Notes sur l'éloquence judiciaire Chronologie notes et lexique par Jean-Yves Huet Présentation . La première des Plaideurs . Le théâtre dans les années 1660 . Racine et la comédie . Aspects de la justice . Analyse de la pièce . Pièces . Interférences . Scènes Les Plaideurs Le fils d'un petit juge obsédé par le prétoire veut déclarer sa flamme à la fille éplorée d'un chicaneur de profession. La seule concession de Racine à la comédie fait un procès burlesque aux pères tyranniques, et délaisse le rivage de la tragédie pour le seuil d'une maison bourgeoise.

  • Orphée

    Jean Cocteau

    Narration : l' auteur
    La pièce écrite en 1925 reprend le mythe dans un contexte à la fois
    moderne et légèrement intemporel. Créée par Georges et Lumilla
    Pitöeff en 1926, Orphée, c'est la porte de l'univers mystérieux,
    l'essence même de la poésie.


    «Les miroirs sont les portes par lesquelles la Mort va et vient.»

  • Savannah Bay, variations recueille des documents sonores inédits captés par Philippe Proust, retrouvés et présentés par Marie-Pierre Fernandes, spécialiste de Marguerite Duras qui a participé à sa création de Savannah Bay, accueillie triomphalement en 1983 au théâtre du Rond-Point, et assisté l'autrice pour les Lectures (1984) et La Musica deuxième (1985).
    Ces enregistrements exclusifs font entendre la lecture par Marguerite Duras d'une scène primitive de la pièce Savannah Bay suivie de deux répétitions sous sa direction avec Madeleine Renaud et Bulle Ogier. Elle lit ensuite « L'Exposition de la peinture », poignant hommage à son scénographe, le peintre argentin Roberto Platé diffusé lors de l'exposition de ses toiles au théâtre du Rond-Point, en 1987 « C'est pendant l'été d'un pays du nord. C'est la fin d'un jour, juste avant la nuit. Vous voyez ? Mais déjà quand elle s'annonce, que la lumière s'allonge, illuminante, avant de s'éteindre. » M. D.
    Le CD est avec un livret de présentation de 32 pages de Marie-Pierre Fernandes.
    Musique : Adagio du Quintette à cordes en ut majeur, D. 956, opus 163, Franz Schubert, interprété par le Quatuor Aviv, production Naxos.

  • Ancien acteur shakespearien, nostalgique d'un grand théâtre perdu, le personnage de Simplement compliqué s'autorise une fois par mois à porter la couronne de Richard III, le rôle de sa vie. Souvenirs de théâtre, préoccupations matérielles et considérations misanthropes rythment le discours de celui qui s'est définitivement séparé de ses contemporains : seule lui rend visite une petite fille, qui vient lui apporter du lait tous les mardis et vendredis, et dont la présence perturbe à peine le flot de paroles du vieil homme. Triste et grotesque, il est désormais le spectateur d'une vie qui s'est arrêtée.

  • Le livre & le CD nous plongent dans le plus grand scandale politico-financier de la France du XXe siècle. Il s'agit de la pièce de théâtre créée à partir du procès par N.Lambert et des émissions qui lui furent consacrées à FranceInter «Je m'aperçois que nous ne sommes pas face à trois personnes qui ont dérapé. C'est beaucoup plus profond que ça. Il s'agit réellement d'un système de gouvernement.» Eva JOLY De ce «casse du siècle», N.L. a tiré une pièce souvent drôle mais toujours cruelle, qui se veut tout autant la lecture d'un procès à bien des égards exceptionnel qu'un réquisitoire militant contre cette forme de colonialisme pétrolier français. Après deux heures de spectacle, Nicolas Lambert s'avance vers le public. Il n'est plus président du tribunal, ni prévenu, ni même comédien. Simplement un citoyen qui s'interroge. Pascale ROBERT-DIARD, Le Monde Le Floch-Prigent, Alfred Sirven, André Tarallo.Tous racontent et avouent, dans le texte, le pillage d'Elf. Karl LASKE, Libération / Véritable oeuvre théâtrale, portée par un auteur-comédien impitoyablement honnête. Denis BONNEVILLE, La Marseillaise

  • « Ce sont des gens qui divorcent, qui ont habité Évreux au début de leur mariage, qui s'y retrouvent le jour où leur divorce est prononcé. Tous les deux dans cet hôtel de France pendant une nuit d'été, sans un baiser, je les ferais parler des heures et des heures. Pour rien d'autre que pour parler. Dans la première partie de la nuit, leur ton est celui de la comédie, de la dispute. Dans la deuxième partie de la nuit, non, ils sont revenus à cet état intégral de l'amour désespéré, voix brisées du deuxième acte, défaites par la fatigue, ils sont toujours dans cette jeunesse du premier amour, effrayés.» M. D.

empty