L'atalante

  • Métro Paris 2033 t.1 ; rive gauche

    Pierre Bordage

    • L'atalante
    • 28 Mai 2020

    En 2033, un épisode apocalyptique a chassé les humains de la surface de la Terre, désormais inhabitable.
    À Paris, les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs du métropolitain, où ils ont tant bien que mal organisé des microsociétés de la pénurie.
    Des communautés sont installées au niveau de certaines stations, plus ou moins en contact, souvent en conflit, la lecture et l'écriture ont quasi disparu, la surface est crainte parce qu'irradiée, Rive Droite est un lieu maudit.
    De couloirs obscurs en stations délabrées, le lecteur est emporté à la suite de :
    - Madone de Bac qui, pour unifier politiquement Rive Gauche, entreprend un périple pour rallier les potentats locaux à sa vision fédératrice ;
    - Roy, qui vénère les livres et pense que la surface est accessible voire vivable ;
    - Juss, un fouineur qui découvre de nouveaux passages entre les stations, grâce aux capacités nyctalopes de sa protégée, Plaisance. Leur couple atypique dans ce monde brutal est particulièrement attachant.
    Dans les méandres des boyaux de Paris, à défaut de lumière, les émotions sont plus vives, les rancoeurs plus tenaces, les haines plus exacerbées. Une oeuvre, sombre et baroque, en trois volumes : Rive Gauche, Rive Droite, Cité.

  • Métro t.1 ; métro 2033

    Dmitry Glukhovsky

    • L'atalante
    • 25 Janvier 2016

    2033. Une guerre a décimé la planète. La surface, inhabitable, est désormais livrée à des monstruo sités mutantes. Moscou est une ville abandonnée. Les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs du métropolitain, où ils ont tant bien que mal organisé des microsociétés de la pénurie. Dans ce monde réduit à des stations en déliquescence reliées par des tunnels où rôdent les dangers les plus insolites, le jeune Artyom entreprend une mission qui pourrait le conduire à sauver les derniers hommes d'une menace obscure. mais aussi à se découvrir lui-même à travers les rencontres improbables qui l'attendent.
    Chapitre inédit : L'Évangile selon Artyom Un an après les événements relatés dans Métro 2033, Artyom, rongé par les remords, revient sans cesse au Jardin botanique sans savoir pourquoi. Il replonge dans ses souvenirs et s'interroge sur son étrange lien avec les créatures mystérieuses qui menaçaient d'envahir le métro de Moscou.
    L'Évangile selon Artyom a été publié en Russie dans un recueil de nouvelles autour du Métro.
    Dans l'esprit de Glukhovsky, il s'agit autant du chapitre final de Métro 2033 que d'une ouverture sur la suite des événements dans son projet cross- media qui alterne narration littéraire et ludique. Il est possible également de considérer cet ultime chapitre comme un liant de la saga puisque y est évoqué le projet d'Homère (Métro 2034) d'écrire un livre au sujet d'Artyom.

  • Métro Paris 2033 t.3 ; Cité

    Pierre Bordage

    • L'atalante
    • 21 Avril 2022

    Rive Gauche, tandis que Parn entame la reconquête du trône pastoral dorénavant occupé par Augir, et que Ta Li se lance dans l'exploration de Rive Droite et de ses territoires, Madone poursuit son rêve de Fédération.
    Pourtant la mort d'Urm et les nombreuses et sanguinaires oppositions dressées contre elle lui font douter du bien-fondé de son projet. D'autant que sa fille Ionale et sa consoeur dvinn Ésia affirment avec insistance que le temps est venu pour les Métrolites de remonter à la surface.
    Rive droite, Juss, Plaisance, Roy et Aube se dirigent quant à eux vers Cité, poursuivant leur quête du légendaire Maître du Temps, qui détient sans doute des informations importantes pour l'avenir des habitants de Métro 2033. Leur parcours est semé d'embûches, entre les Tourmenteurs et autres Rageurs, peuples cannibales, qui sévissent dans les galeries de Rive Droite, et la Fraternité des veilleurs de Saint-Lazare, lesquels ne voient pas d'un bon oeil l'irruption de ces habitants de Rive Gauche qui pourraient bouleverser leur ordre séculaire.
    Le Maître du Temps sera-t-il la clef qui permettra à Juss et ses compagnons de comprendre ce qui se passe à la surface ? Car n'y a-t-il vraiment personne là-haut ?
    Les cérémonies d'élévations, seules indications de l'état de la surface, étaient-elles le reflet de la réalité, ou bien des leurres destinés à maintenir coûte que coûte les Métrolites sous terre ?

  • Les annales du Disque-monde t.1 ; la huitième couleur

    Terry Pratchett

    • L'atalante
    • 21 Novembre 2014

    Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à doss de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapce de la Grande Tortue. Oui, c'est le Disque-monde.

    Les habitants de la cité d'Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes.

    Tellement inoffensif que le Praticien avait chargé le calamiteux mage Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu'au Bord du Disque.

    Car Deuxfleurs était d'une espèce plus redoutable qu'on ne l'imaginait : c'était un touriste' À la lumière de l'octarine, la huitième couleur, découvrez l'univers fantastique et cocasse de Terry Pratchett.

  • Métro t.3 ; métro 2035

    Dmitry Glukhovsky

    • L'atalante
    • 23 Mars 2017

    Les livres de la série « Métro » sont des romans d'anticipation sombres et baroques qui se déroulent dans un monde post-apocalyptique. Ce sont aussi des livres initiatiques dans lesquels les personnages découvrent le monde qui les entoure. Ce sont encore des romans résolument inscrit dans cette science-fiction qui, sous couvert d'un monde futuriste, nous fait réfléchir sur la société où nous vivons et sur la définition de l'humain - sur le destin, le libre arbitre, notre manière d'envisager les choix qui s'offrent à nous et sur la part d'ombre et de lumière que chaque homme porte en lui. Dmitry Glukhovsky maîtrise parfaitement son univers tant du point de vue de l'action que de l'intrigue et de ses personnages.
    Le succès a été immédiat dès la sortie en 2010 de Métro 2033 et les ventes se sont maintenues à 5000 ex. par an depuis. La sortie en poche au Livre de poche est prévue ce mois de janvier 2017.

  • Subtil béton

    Les Aggloméré.E.S

    • L'atalante
    • 20 Janvier 2022

    Zoé est lycéenne lorsque le mouvement social devient insurrectionnel. Elle assiste à une répression sanglante dans le bâtiment qu'elle occupe avec ses camarades. Elle croit aux Quartiers libres qui se construisent dans la rage et le dégoût de cette violence de l'État. Mais à force d'assassinats et de disparition, la révolte est écrasée par le régime. Les forces révolutionnaires se morcellent alors que l'autoritarisme se renforce. Subtil béton n'est pas l'histoire de cette insurrection, mais de ce qui reste après la défaite, ce qui peut être reconstruit.
    Deux années après la Dispersion, un collectif vit en clandestinité dans une maison en périphérie d'une grande ville portuaire. Pour certaines, c'est un choix : Koma ou Faz trafiquent leur identité officielle et permettent au groupe d'acheter ce qu'elles ne peuvent créer ou réparer.
    Izem et ses enfants, déchu·e·s de leur nationalité, ou Alex et Pedro, condamné·e·s à 5 ans de prison, n'ont pas d'alternative. Comment vivre et résister en clandestinité ? Comment trouver l'énergie pour penser à demain après la déferlante répressive et les grands espoirs meurtris ? Comment faire à nouveau confiance lorsqu'un mouvement, frémissement du passé insurrectionnel, semble se lever sur le port non loin ?
    La clandestinité n'est pas la solution de tou·te·s. Zoé a commencé sa vie d'adulte en vivant cette répression, visitant régulièrement son meilleur ami, Vinyl, mutique depuis les événements traumatiques du lycée. Onik, elle, a quitté le mouvement squat pour une vie de précarité officielle, afin de ne pas abandonner sa mère et son frère. Les vies dans la légalité, surveillée en permanence, des drones à la géolocalisation, ne rencontrent pas les mêmes problèmes que celles dissimulées, mais n'en sont pas moins complexes.
    Et puis, il y a Tor. La super-militante, celle qui fait le lien entre les clandestinités, qui amènent des gens vers la lutte, celle dont on tombe amoureuse, celle qui a des contacts à la préfecture. Celle qui n'a pas donné de nouvelles depuis tant de temps.

  • La chute d'Ile-Rien t.1 : chasseurs de sorciers Nouv.

    La chute d'Ile-Rien t.1 : chasseurs de sorciers

    Martha Wells

    • L'atalante
    • 19 Mai 2022

    Trémaine vit à Vienne, la capitale d'Île-Rien. Ce pays insulaire mêle une industrialisation naissante assez similaire à celle de la fin du XIXe siècle anglais à une grande présence de magiciens. Incapable de lancer de sortilèges elle-même, cette jeune femme les fréquente par héritage familial : la « sphère » de son oncle, qui garde en mémoire sa dernière incantation, est un espoir pour sauver Île-Rien. Depuis des années, d'étranges conquérants attaquent le pays : les Gardiers semblent apparaître au milieu de la mer, à l'ouest, et pilonnent la capitale, presque sans subir de perte depuis les airs, à bord de puissants dirigeables.
    Sur Syrnai, le héros de son clan, Ilias, a pour tâche d'explorer l'ancien repaire d'un sorcier qu'il a vaincu voilà plusieurs années. Hélas, ce qu'il y trouve est plus qu'inquiétant : une quinzaine de sorciers l'occupent désormais. Effrayé, il contemple pour la première fois un dirigeable noir, sans comprendre de quoi il s'agit.
    Le lecteur, lui, reconnaît sur Syrnai ceux qui envahissent Île-Rien.
    Trémaine est profondément pragmatique, au point parfois d'en devenir froide. Souvent cynique, elle cache des tendances suicidaires. Bien entourée de vieux amis de son père, qu'ils soient magiciens comme Guillaume ou espions comme André, ou de jeunes apprentis comme Julia, Trémaine semble intimement seule.
    Quant à Ilias, c'est un héros au même titre qu'Hercule ou qu'Achille pourrait l'être. Son passé ambigu mêle échecs et réussites, moments d'hubris et de gloire.
    Et son Iolaos, son Patrocle, c'est Giliead, un maudit, un paria, pourtant devenu le frère adoptif d'Ilias. Leur amitié sincère et touchante crée chez le lecteur un équilibre avec la solitude exacerbée de Trémaine.

  • Métro Paris 2033 t.2 ; rive droite

    Pierre Bordage

    • L'atalante
    • 25 Mars 2021

    En 2033, un épisode apocalyptique a chassé les humains de la surface, désormais inhabitable.
    À Paris, les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs du métropolitain, où ils ont tant bien que mal organisé des microsociétés de la pénurie.
    Des communautés sont installées le long des lignes de métro et dans les stations accessibles, plus ou moins en contact, souvent en conflit ; la lecture et l'écriture ont quasi disparu ; la surface est crainte parce que irradiée ; Rive Droite est un lieu maudit.

  • Les enfants de la terreur : rempart

    Johan Heliot

    • L'atalante
    • 10 Mars 2022

    Après ses voisins européens, l'armée de la République française, dirigée par le jeune prodige corse, le général Bonaparte, s'apprête à accoster en Angleterre. Tous les Français, dont de nombreux aristocrates en exil, sont expulsés du Royaume. Geneviève, chevalier d'Éon, ruinée et oubliée de la République, fait partie du lot. En route vers la capitale, elle tombe sur un camp où des gendarmes brûlent de nombreux corps, puis redécouvre un Paris quadrillé par les troupes au service du Comité de salut public. Au péril de sa vie, infiltrée dans les bas quartiers peuplés d'orphelins et de miséreux, elle commence son enquête.
    De son côté, Louis, anciennement marquis de Sade, tente de maintenir un certain niveau de vie en publiant, sous pseudonyme, quelques articles bateaux dans les grandes gazettes. Lors d'une émeute chez un boucher dont la marchandise est réquisitionnée pour le front, il rencontre La Gigue, une jeune orpheline. Cette débrouillarde l'impressionne, et lui vient alors une idée pour signer de nouveau des articles de son nom : des portraits de ces enfants de la République, vivant de rapine et de mendicité, laissés à eux-mêmes dans la capitale.
    Lorsque des hommes en redingote noire enlèvent une grande partie de la bande de La Gigue, Geneviève et Louis s'unissent pour découvrir ce qu'il se trame. Leurs découvertes les mènent du centre de Paris, où le Comité se réunit si souvent en secret, jusqu'à l'île Seguin et ses tanneries aux odeurs nauséabondes, sous l'ombre permanente d'un Robespierre qui ne se montre plus depuis l'attaque qui faillit lui coûter la vie. L'Incorruptible est devenu l'Invisible. La simple évocation de son nom arrête une discussion. Tant avance l'enquête, tant avancent les troupes de Bonaparte en Angleterre, laissant présager un retour de ce César qui pourrait mettre fin à la République.
    Les Enfants de la Terreur se concentre sur ceux qui sont laissés en arrière de la marche de l'Histoire, de la marche des conquêtes. Traitant du statut des enfants dans la guerre, il n'en reste pas moins peuplé de personnages si singuliers et d'une ambiance d'un Paris révolutionnaire qu'il sait être joyeux et drôle.

  • Rêves de gloire

    Roland C. Wagner

    • L'atalante
    • 21 Avril 2011

    Le 17 octobre 1960 à 11 h 45 du matin, la DS présidentielle fut prise sous le feu d'une mitrailleuse lourde dissimulée dans un camion à la Croix de Berny. Le Général décéda quelques instants plus tard sur ces dernières paroles : « On aurait dû passer par le Petit-Clamart. Quelle chienlit. ». De Gaulle mort, pas de putsch des généraux, pas d'OAS, pas d'accords d'Évian, pas de référendum, et une guerre d'Algérie qui se solde par la partition du pays : Alger et Oran restent françaises. De nos jours, à Alger, l'obsession d'un collectionneur de disques pour une pièce rare des années 60 le conduit à soulever un coin du voile qui occulte les mystères de cette guerre et de ses prolongements.
    Sur ce roman foisonnant de plus de cinquante narrateurs (dont Albert Camus, bien sûr) souffle le vent d'une Histoire qui n'est pas la nôtre mais qui aurait pu l'être, à partir des années 60. C'est cela l'uchronie, la vraie, ni nostalgique ni passéiste, mais à contre-courant de la pensée dominante : cela dit que si tout aurait pu se passer autrement, et donc que le futur aussi pourrait être autrement. Le texte le plus ambitieux de Roland C. Wagner - 15 ans de mûrissement, 5 ans d'écriture -qui puise dans sa vie d'enfant et dans les partis pris de ses oeuvres précédentes : la violence et l'ultra-libéralisme ne sont pas une fatalité. Un grand roman de littérature et d'extrapolation sociologique.

  • Rempart t.2 ; les épreuves de Koli

    M.R. Carey

    • L'atalante
    • 3 Mars 2022

    Nouvelle voix, nouvelle conteuse : Toupie, Toupie Vennastin, l'amie et amoureuse d'enfance de Koli devenue femme de Rempart à Mythen-Croyd. Alors que Koli et ses compagnons cheminent vers Londres, elle nous narre les événements qui frappent le village. Une maladie y a fait son apparition et le grand-père Vennastin, seul Rempart capable d'y remédier, sent ses moyens le lâcher.
    Voyant une alliée en la dernière arrivée dans la famille, il va s'en ouvrir à elle et lui confier son tech, la mettant ainsi en danger de mort.
    Toupie nous propose une voix et une voie alternative à celle de Koli. Jeune fille très mûre, elle a une conscience plus aiguë des enjeux politiques de la communauté. Face à un Koli qui, idéaliste et naïf, ne reculait pas devant le conflit, elle offre un contrepoint plus pragmatique voire calculateur, mais bien plus adapté à un monde où la survie de tous est difficile à assurer.
    Et Koli alors ? Après avoir anéanti Senlas et ses adeptes, retrouvé le larbin et s'être encombré de Tasse, une rescapée de la secte dont la présence ne fait pas l'unanimité...
    Koli et Ursala reprennent leur pérégrination vers Londres ou, du moins, vers la source du signal émis par l'Épée d'Albion, dans l'espoir de découvrir les secrets des anciens techs et du mal qui a frappé l'Engleterre.
    Si ce voyage suit un déroulement classique entre végétation hostile, bêtes sauvages et ennemis humains plus redoutables encore, il donne l'opportunité à l'auteur d'approfondir la relation entre Ursala et Monono qui, en outre, semble accéder à certains stades de conscience et d'émancipation.

  • Les voyageurs t.1 : l'espace d'un an Nouv.

    Les voyageurs t.1 : l'espace d'un an

    Becky Chambers

    • L'atalante
    • 12 Mai 2022

    Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l'espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la Galaxie :
    Des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d'autres humains.
    La pilote, couverte d'écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables. Le médecin et cuistot de bord occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort. Le capitaine humain, pacifiste, aime une alien engagée dans la guerre. L'IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang.
    Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d'un an vers une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d'une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l'amour sous toutes ses formes.
    Loin de nous offrir un space opera d'action et de batailles rangées, Becky Chambers signe un texte tout en humour et en tendresse subtile, et réussit le prodige de nous faire passer en permanence de l'expérience d'un exotisme avéré à la sensation d'une familiarité saisissante.

  • Nouvelles de la mère patrie

    Dmitry Glukhovsky

    • L'atalante
    • 22 Février 2018

    Nouvelles de la mère patrie est un recueil de textes écrits à l'origine pour la presse russe, car avant même d'être auteur, Dmitry Glukhovsky est journaliste. Un journaliste sorti de l'école qui forme aujourd'hui, comme elle le faisait hier, les journalistes du Kremlin. Comme tous ceux de sa génération, il est le témoin des chan- gements que traverse la Russie : un pas en avant, deux pas en arrière. Une Russie, où il n'a jamais fait bon d'évoquer et encore moins de coucher par écrit certains sujets sensibles : le pouvoir, ses dérives, ses compro- missions, sa corruption... C'est bien dans la lignée des auteurs de science-fiction soviétiques qu'il inscrit son oeuvre, de manière générale, et les nouvelles qui composent ce recueil, en particulier. On pense aux frères Strougatski, bien sûr, dont les romans pourtant truffés de critiques à l'égard du régime ont toujours échappé à la censure ; à croire que la métaphore se joue de l'esprit retors des bureaucrates censés débusquer la moindre velléité d'insoumission.

    Quand Glukhovsky écrit ces récits, c'est à ses concitoyens qu'il les destine, et peu importe qu'ils soient refusés par des directeurs de rédac- tion (après avoir été dûment rémunérés), il les pu- blie quand même sur ses propres réseaux. Pour un lecteur occidental, la fenêtre qu'il ouvre sur le quotidien des gens du peuple comme sur celui des affidés du pouvoir peut ressembler à un mi- roir déformant tant on a l'impression que l'auteur prend le pas sur le journaliste pour forcer le trait sur la naïveté des uns et les compromissions des autres. Malheureusement, la fiction n'est pas très loin de la réalité.
    Rien ni personne n'échappe à la plume acerbe de l'auteur, à commencer, bien sûr, par le numéro 1 (qui échange parfois sa place avec le numéro 2) - le Leader de la Nation -, suivi de près par les strates corrompues de l'adminis- tration, les mafieux reconvertis en hommes d'af- faires, les nouveaux riches, les gens modestes, les travailleurs immigrés, les flics honnêtes, les journalistes, la télévision, l'alcoolisme omnipré- sent, les extraterrestres, le diable et ses hordes de démons, et les habitants oubliés des steppes sibériennes. Chacun reçoit son dû, qui pour ses vices, qui pour sa complaisance, qui pour sa naïveté et son incapacité à ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure. L'absurde et le fantastique, qui jalonnent le quotidien russe, ne sont jamais loin, et l'on se surprend même parfois à ressentir de la tendresse pour certains protagonistes.

  • Les futurs mystères de Paris t.1 ; la balle du néant

    Roland C. Wagner

    • L'atalante
    • 17 Mars 2022

    Mon nom est Temple Sacré de l'Aube Radieuse, mais vous pouvez m'appeler Tem. Pour cent euros par jour plus les frais, vous pouvez aussi louer mes services. Je suis détective privé. Mon atout majeur ? Le Talent de transparence qui me permet de passer inaperçu. Mais qui m'oblige aussi à des efforts vestimentaires pour ne pas passer inaperçu.

    Paris, 2063. Un demi-siècle après la « Grande Terreur primitive » qui a bouleversé les fondements de la société (pour le meilleur plutôt que le pire), voici le premier des Futurs Mystères De Paris. Où l'on enquête sur le meurtre en chambre close d'un physicien.

  • Rempart t.1 ; le livre de Koli

    M.R. Carey

    • L'atalante
    • 23 Septembre 2021

    À l'instar de Niourk de Stefan Wul, Le Livre de Koli imagine un futur si dévasté qu'il s'apparente presque au passé. Au lieu d'évoluer, l'humanité a régressé et vit désormais en petites communautés, pauvres et agricoles, coupées les unes des autres par la forêt. Génétiquement modifiés, les arbres et les plantes ont acquis au fil des siècles la capacité de pousser très rapidement, en même temps que le réflexe d'attaquer tout être humain passant à portée de branche. C'est pourquoi le jeune Koli a été élevé dans la crainte de cette nature aussi menaçante qu'envahissante.
    Heureusement, quelques élus sont capables de faire fonctionner une ancienne technologie (les restes de notre science du XXe siècle) et assurent ainsi la protection du village. Ils jouissent d'un prestige révérencieux et échappent aux corvées quotidiennes.
    Rien d'étonnant donc à ce que Koli, à la veille de ses 15 ans, rêve d'intégrer cette élite et d'endosser leur autorité. Mais la technologie ne s'éveille pas pour lui, et il se voit condamné à une vie de dur labeur sans perspective de récompense...
    C'est plus qu'il n'en peut supporter : Koli décide de voler la technologie qu'il n'a pas su gagner. Loin de lui faciliter la vie, cela marquera le début des ennuis : banni de son village, il devra affronter la forêt, ses dangers et ses secrets.

  • Tout sur Dune

    ,

    • L'atalante
    • 9 Septembre 2021

    Tout le monde connaît Dune. Livre mythique des années 1960, cette oeuvre dantesque a bouleversé la littérature par sa créativité et sa folie. Une épopée magistrale qui questionne les notions de pouvoir et de religion et continue d'inspirer les amoureux de la science-fiction. Alors qu'une ambitieuse adaptation menée par le réalisateur Denis Villeneuve est annoncée, les éditions L'Atalante, les éditions Leha et Lloyd Chéry, journaliste et animateur du podcast C'est plus que de la SF, se sont associés pour publier un ouvrage de référence, dédié à ce monument littéraire.
    La première édition parue en novembre 2020 a été un succès. Le tirage étant quasi épuisé, une version augmentée accompagnera la sortie du film prévue à l'automne 2021.

  • Les futurs mystères de Paris t.2 ; les ravisseurs quantiques

    Roland C. Wagner

    • L'atalante
    • 17 Mars 2022

    Mon nom est Temple Sacré de l'Aube Radieuse, mais vous pouvez m'appeler Tem. Pour cent euros par jour plus les frais, vous pouvez aussi louer mes services. Je suis détective privé. Mon atout majeur ? Le Talent de transparence qui me permet de passer inaperçu. Mais qui m'oblige aussi à des efforts vestimentaires pour ne pas passer inaperçu.

    Paris, 2063. L'homme au chapeau vert fluo enquête sur la disparition d'une jeune fille enrôlée dans la secte des « copistes ». Avec l'aide inestimable de Gloria, l'intelligence artificielle anarchiste, fondatrice du Collectif Louise Michel pour la libération des citoyens virtuels.

  • Ring shout : cantique rituel

    Phenders Djélì Clark

    • L'atalante
    • 21 Octobre 2021

    Face au mal qui se répand dans une Amérique marquée par la Première Guerre mondiale et déchirée par le racisme et la ségrégation hérités de la guerre de Sécession, Maryse Boudreaux combat les monstres qu'elle appelle des « Ku Kluxes », armée d'une épée ensorcelée capable de canaliser la magie des dieux africains ancestraux à travers les chants vibrants de colère et de souffrance des esclaves morts. Secondée par Cordelia Lawrence, alias Chef, vétérane de la Grande Guerre férue d'explosifs, et Sadie, une métisse virtuose de la gâchette venue d'Alabama, Maryse s'emploie avec succès à combattre ces aberrations.
    Jusqu'à l'arrivée de leur général, Clyde le Boucher.
    Non content de continuer à propager le mal en profitant de la haine des suprémacistes, la créature multiple cachée derrière une façade humaine tente de corrompre Maryse et d'invoquer une monstruosité suprême (qui n'est pas sans rappeler les Grands Anciens de Lovecraft). La jeune femme devra louvoyer entre cauchemars et réalités, afin de trouver l'appui nécessaire pour vaincre ses démons intérieurs tout autant que les Ku Kluxes.
    Ce roman court évoque avec douleur les atrocités infligées par l'esclavage, la haine et le racisme.
    Dans cette fresque linguistique et culturelle, à la fois immersive et érudite, P. Djèlí Clark donne la parole aux communautés afro-américaines, et notamment gullahgeechee.
    Malgré l'horreur - réelle ou fantastique -, les personnages ne cèdent jamais au fatalisme. L'espoir, infusé par la lutte, est le ciment de l'amour que se portent ces femmes.

  • Dix légendes des âges sombres

    Jean-Marc Ligny

    • L'atalante
    • 24 Février 2022

    Le Porteur d'eau est sombre. Ceux qui ont lu Exodes, dont cette nouvelle est un prélude, ne peuvent que s'en douter. L'espoir pour l'humanité est quasi inexistant.
    S'opposent deux humanités. Il y a celle de Clara, de son cancer de la peau, de la chaleur omniprésente d'un soleil meurtrier, de la sécheresse qui amène son mari, Cédric, à faire un voyage terrifiant pour aller chercher de l'eau potable dans le village despotique voisin. Et il y a celle de Mélanie, sa soeur, à l'abri du climat dans sa ville sous dôme.
    Quand, en 2019, lors d'une conférence sur l'avenir de l'eau, Eau de Paris invite Jean-Marc Ligny à écrire sur l'avenir de l'or bleu, c'est sa rareté qui prime pour lui. L'avenir de l'eau n'est pas l'océan, le réservoir, le fleuve. Non. Sa nouvelle est nommée Désert. Un voleur est venu faire ses ablutions dans la vasque d'une femme solitaire, tentant de survivre, viciant et s'appropriant la précieuse ressource. Alors que nous suivons son attente, fusil à la main, nous sentons chaque goutte de sueur perler de son visage.
    2030/2300 nous somme de rester humbles face au passage du temps. D'un côté, cette nouvelle nous donne espoir dans la solution technologique. Paul Oaken, ingénieur géologue, détaille sur son blog l'installation en 2030 d'un puits de carbone, permettant de capter jusqu'à cinq années d'émission de CO2. Nous suivons le protocole des méticuleuses préparations du terrain jusqu'à la fermeture du dernier puits. Oaken ferme alors son blog « l'esprit tranquille et la conscience en paix ». Lorsque, trois siècles après, dans la même vallée, les gens commencent à mourir asphyxiés, il est clair pour le lecteur que les sages recommandations de l'ingénieur n'ont pas été suivies.
    Lorsque nous ne crevons pas de chaud, c'est la possibilité d'un froid intense qui nous glace le sang. Dans La Frontière, nous suivons un garde dont l'habitude de l'horreur à briser toute empathie. En effet, à l'entrée de cet immense mur, dans sa casemate en tôle, il a pour ordre de tirer sur toute personne qui s'en approche du mauvais côté. Et il s'exécute sans tergiverser.
    Cependant, lorsque dans la lunette de son fusil il aperçoit un chiot, son sens des priorités est ébranlé. Là où il était incapable d'humanité envers un autre humain, le voilà prêt à se mettre en danger pour un canidé.
    De l'eau au carbone, des flux migratoires aux forteresses des plus aisés, Jean-Marc Ligny aborde, en se basant sur la littérature scientifique, nos futurs possibles.
    Ce recueil n'est pas gai, pas plus que le bonheur, dirait Max Ophuls. Mais il est nécessaire, si nous voulons éviter ce qui arrive à vitesse grand V.

  • Les annales du Disque-monde t.2 ; le huitième sortilège

    Terry Pratchett

    • L'atalante
    • 21 Novembre 2014

    "Vous auriez de très jolis pieds si vous en preniez soin, dit la vierge Bethan.

    ' Ch'est bien aimable à toi, répondit Cohen le Barbare. Mais des pédicures j'en rencontre pas chouvent dans ma profechion." Octogénaire, borgne, chauve, édenté, Cohen, le plus grand héros de tous les temps, réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ?

    Car une étoille rouge menace de percuter le Disque-monde, dont la survie repose sur le sorcier calamiteux : dans son esprit brumeux se tapit le Huitième Sortilège' Avec une distribution prestigieuse dans les seconds rôles : le Bagage, l'In-Octavo, Herrena la Harpie, Kwartz le troll, Trymon l'enchanteur maléfique et, naturellement, la Mort.

    Une aventure fantastique sans précédent. Ou peut-être une gigantesque fumisterie, plus encore que La Huitième Couleur.

  • Maître des djinns

    Phenders Djélì Clark

    • L'atalante
    • 17 Février 2022

    Le Caire, 1912. Vêtue d'un complet trois pièces - un ensemble blanc du plus bel effet sur sa peau cuivrée -, Fatma lisse sa cravate couleur d'or en veillant à exhiber les boutons de manchette scintillant aux poignets de sa chemise bleu nuit. Puis elle pose son chapeau melon sur sa courte crinière bouclée.

    Oui, Fatma el-Sha'arawi est une redoutable sapeuse. C'est aussi une énergique et compétente enquêtrice du ministère de l'Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles. Et la voici en charge de l'assassinat collectif de la Fraternité d'al-Jahiz par un inconnu qui se prétend... al-Jahiz lui-même, le puissant mystique qui a ouvert la porte de l'Égypte à la magie et aux djinns cinquante ans plus tôt.
    Imposture ? Ça ne fait aucun doute pour Fatma. Mais encore faut-il identifier et traquer ce mystérieux terroriste que des pouvoirs inouïs rendent, semble-t-il, invulnérable. Une enquête à tiroirs à l'issue de quoi on dirait bien que notre héroïne devra encore sauver le monde.

    Avec Maître des Djinns, Phenderson Djèlí Clark signe son premier roman et nous entraîne au coeur d'une Égypte uchronique flamboyante.

  • Le suprême sacrifice Nouv.

    Le suprême sacrifice

    Jack Campbell

    • L'atalante
    • 19 Mai 2022

    États-Unis, 1863. Joshua Chamberlain, professeur d'université modéré originaire du Maine, est accusé de crimes contre la nation. À ses côtés dans le box des accusés se tient Abraham Lincoln, un avocat de l'Illinois, dont la verve lui vaut d'être considéré comme une menace à la sûreté des États-Unis d'Amérique. Le premier écope de quarante ans de travaux forcés, le second d'une réclusion à perpétuité à Fort Monroe, pénitencier réputé inviolable. Mais la route du professeur Chamberlain croise celle de stratèges militaires rebelles, défenseurs des idéaux fondateurs de la nation, bien décidés à fomenter une révolution. Pour réussir, ils ont besoin d'un meneur capable de rallier le peuple à leur cause : Lincoln. Leur objectif : mener à bien un audacieux plan d'évasion pour sauver l'avocat de la lugubre prison fédérale.
    L'auteur nous offre la vision d'une Amérique alternative du XIXe siècle, au gouvernement fantoche à la botte de riches familles propriétaires des plantations et des industries, qui se servent de l'armée comme d'un outil de répression à l'encontre de toute velléité d'opposition.
    Une Amérique, où des voix rebelles s'élèvent contre cet ordre établi pour rappeler l'héritage dévoyé des Pères Fondateurs, celles des abolitionnistes qui se battent pour mettre fin à l'esclavage qui gangrène l'économie et rétablir la démocratie et la liberté, valeurs fondamentales de la jeune nation.
    Dans ce monde les rôles sont inversés : une minorité de révolutionnaires visant à faire sécession se dressent face aux ségrégationnistes fortunés contrôlant un État despotique qui sert leurs intérêts personnels. Simples jeux de miroirs dans une époque révolue ou reflet inquiétant d'une réalité contemporaine ?

  • Les annales du Disque-monde t.3 ; la huitième fille

    Terry Pratchett

    • L'atalante
    • 21 Novembre 2014

    Sentant venir sa mort prochaine, le mage Tambour Billette organise le legs de ses pouvoirs, de son bourdon, de son fonds de commerce. Nous sommes sur le Disque-monde. (Vous y êtes ? Nous y sommes.) La succession s'y opère de huitième fils en huitième fils. Logique. Ainsi procède le mage. Puis il meurt.

    Or il apparaît que le huitième fils en cause est' une fille. Stupeur, désarroi, confusion : jamais on n'a vu pareille incongruité.

    Trop tard ; la transmission s'est accomplie au profit de la petite Eskarina. Elle entame son apprentissage sous la houlette rétive de la sorcière Mémé Ciredutemps'

  • La Brigade chimérique rend hommage à une saga de science-fiction oubliée, parue en France entre les deux guerres sous la signature de George Spad, L'Homme chimérique (éditions Louis Querelle). C'est une oeuvre grave qui témoigne du traumatisme que la Grande Guerre a infligé à l'imaginaire européen.
    Cette saga, amorcée en 1919, s'apprêtait à prendre une direction fascinante lorsqu'elle fut interrompue sans explication en 1934. Soixante-treize ans plus tard, La Brigade reprend et prolonge ce tournant - pour le plaisir bien sûr, mais aussi parce que derrière lui se trouve peut-être la solution d'une des grandes énigmes de l'histoire du vingtième siècle : pourquoi n'y a-t-il plus de superhéros en Europe ?
    Le scénario de Serge Lehman et de Fabrice Colin, inscrit dans la tradition des feuilletonistes de l'entre-deux-guerres, a trouvé avec Gess un metteur en scène magnifiquement inspiré, créateur d'un univers graphique dans la lignée du Bauhaus et de l'expressionnisme allemand, et basé sur un énorme travail de documentation - costumes, décors, objets, etc.
    La Brigade chimérique est plus qu'une simple fiction. C'est une plongée archéologique au coeur de l'imaginaire mutilé de l'Europe. Une tentative pour reconstituer ce qui nous est arrivé il y a soixante-dix ans - pour comprendre comment nous avons perdu le pouvoir homérique d'exprimer nos valeurs sous la forme d'une mythologie.
    Avec, peut-être, l'espoir que cette confrontation aidera à renouer le lien rompu.

empty