Jean-Paul Wenzel

  • Loin d'Hagondage

    Jean-Paul Wenzel

    • Solitaires intempestifs
    • 30 Novembre 2012

    La pièce raconte en quatorze tableaux des éclats de vie d'un couple d'ouvriers d'Hagondange‚ Georges et Marie‚ dont la vie ne fut rythmée que par le travail aux aciéries et qui‚ rendus à la « vacance » à l'aube de leur vieillesse‚ ne savent pas comment entreprendre cette soudaine « liberté »‚ se laissent insidieusement envahir par le sentiment de leur inutilité et de ce temps vertigineux à combler.

    Loin d'Hagondange‚ créée en 1976 par l'auteur‚ obtient le Prix de la critique. L'année suivante‚ la mise en scène de Patrice Chéreau confirme la force de ce texte. Traduite en 18 langues‚ la pièce est devenue emblématique d'un théâtre que l'on a baptisé de « quotidien ».

    Texte intégral

  • Faire bleu

    Jean-Paul Wenzel

    • Solitaires intempestifs
    • 22 Février 2000

    La pièce raconte la vie d'un couple d'ouvriers après une vie de travail dans les aciéries d'Hagondange. Une retraite qui se voudrait paisible, mais que faire de ce temps libre quand on n'y est pas préparé.

    J'ai écrit Loin d'Hagondange en 1975. Une façon de mettre en jeu la parole de ceux qui ne l'ont pas.
    Avec Loin d'Hagondange, puis avec « Faire bleu » (qui reprend la même situation vingt-cinq ans plus tard) je veux mettre en regard l'histoire de ces couples d'ouvriers et leur manière d'encaisser le choc d'une vie vouée presque entièrement au travail et rendue à la "vacance" à l'aube de la vieillesse.
    L'inquiétude, le désarroi voire les déflagrations visibles et invisibles que cela provoque dans leur vie de tous les jours, dans la conscience qu'ils ont d'eux-mêmes, de l'autre, du temps qu'il leur reste à vivre...de l'infini.
    Jean-Paul Wenzel

  • Six tragédies miniatures

    Jean-Paul Wenzel

    • Solitaires intempestifs
    • 16 Décembre 2006

    Six petites fables écrites au fil des années et inspirées par des faits divers, un moteur d'inspiration non pas pour un théâtre documentaire, sociologique, mais au contraire pour un théâtre révélateur de chaos intime.
    Une tentative de travailler sur cette « crête », de faire émerger pour chacune de ces pièces les formes qui, du cabaret à la tragédie en passant par la farce, transcenderont l'apparent réalisme de l'écriture et diront le mieux ce « presque rien » qui précède et engendre le drame, ce secret qui habite chacun d'entre nous.
    Jean-Paul Wenzel

  • Frangins

    Jean-Paul Wenzel

    • Solitaires intempestifs
    • 24 Août 2015

    Ils ne se sont plus revus depuis leur jeunesse.

    Trop de violence, de fracas, de haine, d'amour sûrement.

    Trop grand sûrement.

    L'un a passé sa vie en taule, l'autre a écrit quelques livres, le troisième est magicien.

    La mère agonise dans la chambre, derrière.

    C'est l'heure des comptes, de la parole, des rires aussi, des frictions, tout un maillage de violence, d'enfance tenace, d'animalité, de danger, de vraie tendresse et de méchante mélancolie.

  • La jeune fille de Cranach

    Jean-Paul Wenzel

    • Solitaires intempestifs
    • 11 Septembre 2008

    Jour d'été. Une jeune baigneuse‚ surprise par l'orage‚ pousse la porte de ce qui reste d'un ancien château abandonné‚ au bord d'un étang. Contre toute attente‚ un vieil érudit s'y trouve‚ assis au milieu d'une montagne de livres. Se noue alors entre eux‚ une étrange relation où le réel va sans cesse se fracturer‚ n'offrant plus qu'une multitude de reflets comme autant de glissements de temps‚ d'identités‚ de désirs entrevus... Un trouble que l'arrivée d'un bûcheron‚ ami de la jeune fille, pourrait dissiper‚ à moins que...

  • Tout un homme...

    Jean-Paul Wenzel

    • Autrement
    • 2 Janvier 2011

    Il s'appelle Ahmed. À 16 ans il quitte sa Kabylie natale et s'embarque pour la France. On est en 1963. C'est le début d'une épopée qui le conduira d'Alger à Marseille, de Marseille à Paris, de Paris en Lorraine où il croise les yeux brillants de Leïla, fille de Mohamed, mineur de fond arrivé en Lorraine en 1947, lequel fait embaucher Ahmed à la mine.
    Ils s'appellent Saïd et Omar, deux copains inséparables venus d'Assoul, un village du sud Marocain. On est en 1973. Ils ont à peu près 19 ans. Un jour, une rumeur circule dans tous les villages alentour, " 44 francs par jour, logement gratuit, la France recrute ! ". Ils sont alors quelques milliers de jeunes à converger vers Ouarzazate où ils attendent qu'un ancien de la coloniale engagé par les Houillères, arrive à leur hauteur et d'un signe de tête, leur fasse apposer sur la poitrine ou sur le bras un tampon vert, indispensable sésame pour atteindre cet " eldorado ".
    Ahmed, Mohamed, Leila, Saïd, Omar et les autres, sont des personnages de fiction que J.P. Wenzel a inventés pour les besoins du récit. Les épisodes tumultueux, drôles, ou tragiques de leur vie sont nourris des rencontres qu'il a faites en Lorraine et d'entretiens menés auprès des mineurs maghrébins et de leurs familles.

  • Loin d'Hagondange

    Jean-Paul Wenzel

    • Solitaires intempestifs
    • 11 Septembre 2008

    La pièce raconte en quatorze tableaux‚ des éclats de vie d'un couple d'ouvriers d'Hagondange‚ Georges et Marie‚ dont la vie ne fut rythmée que par le travail aux aciéries‚ et qui‚ rendus à la « vacance » à l'aube de leur vieillesse‚ ne savent pas comment entreprendre cette soudaine « liberté »‚ se laissent insidieusement envahir par le sentiment de leur inutilité et de ce temps vertigineux à combler.

    Loin d'Hagondange a été présentée pour la première fois à Théâtre Ouvert en Avignon en 1975 par Jean-Paul Wenzel, avec Andrée Tainsy, Maurice Jugnot et Claudine Fiévet. Elle a été créée à la Comédie de Caen en 1976 dans une mise en scène de l'auteur, avec la même distribution (Prix du Syndicat de la critique), puis l'année suivante au TNP de Villeurbanne dans une mise en scène de Patrice Chéreau.
    Jean-Paul Wenzel a proposé une nouvelle mise en scène de la pièce aux Fédérés, CDN Région Auvergne à Montluçon en 2000, dans le cadre de la création d'un dyptique associant Loin d'Hagondange à « Faire bleu ».

empty