Jacques Rampal

  • Célimène et le cardinal

    Jacques Rampal

    • Art et comedie
    • 20 Octobre 2016

    Cardinal! N'était-ce pas le destin idéal pour un arbitraire autoritaire et solitaire?

    Car voici Alceste dans la situation très inconfortable d'un homme coupé du monde, mais tenant ce monde dans sa main de fer: au dix-septième siècle, le pouvoir d'un prélat est considérable. Vingt ans après, il s'invite donc chez son ancienne amante pour trouver une jolie quadragénaire, qui, loin de la Cour qu'elle a "trahie" en épousant un bourgeois, semble parfaitement heureuse avec ses quatre enfants. Mais qu'est donc venu faire l'égal de Mazarin chez cette mère de famille sans histoire?

    La sauver! Car il se dit hanté, depuis des mois, par un rêve "terrifiant" qu'il a pris pour un message du ciel, et selon lequel Célimène court un danger mortel... Convaincu d'être l'ambassadeur de Dieu auprès des hommes, Alceste décide donc de confesser cette brebis égarée, trop heureuse pour être honnête. Cette "confession", tour à tour cocasse, émouvante et... érotique, tournera vite à la joute oratoire entre un janséniste ancré dans son époque et une libertine avant l'heure, figure de proue, selon Alceste, d'un dix-huitième siècle qui arrive à grand pas. Mais de ce conflit, seul l'Amour sortira vainqueur, puisque vingt ans après, les amants de Molière s'aiment toujours. Et pour toujours.

  • Le galant sanguinaire

    Jacques Rampal

    • Librairie theatrale
    • 1 Janvier 1958
  • Le temps des tartuffes

    Jacques Rampal

    • Librairie theatrale
    • 2 Août 2013

    3f. - 2h. - Décor : la pièce à vivre d'une maison de campagne du XVIIème siècle - Durée : 1h40.

    Août 1667. Molière, 45 ans, malade, vient de voir son Tartuffe une nouvelle fois interdit par les Dévots, malgré l'autorisation (orale, donc sans valeur) que lui avait accordée le roi. Ce dernier, hélas, est parti guerroyer en Flandre et Molière ne peut que lui envoyer deux de ses comédiens pour porter plainte.
    En attendant leur retour, l'auteur du Tartuffe reçoit sa jeune épouse Armande Béjart - avec laquelle il règle quelques comptes - puis son ex-épouse, Madeleine Béjart (devenue sa belle-mère), arrivée de Paris en compagnie de La Grange qui, lui, revient de Flandre. Que lui a dit le roi ? Le comédien a-t-il seulement rencontré le monarque ?
    Quoi qu'il en soit, la vie continue à l'Illustre Théâtre où l'on continue à rire, à pleurer, à se disputer. tout en continuant le combat.

  • Le nez d'Inès

    Jacques Rampal

    • Librairie theatrale
    • 29 Avril 2013

    Dans un jardin public d'un quartier chic parisien, Denise cherche une boucle d'oreille qu'elle vient d'égarer. Arrive Grégoire, qui cherche à son tour. et la trouve. La conversation s'engage entre deux artistes qui n'ont rien de commun : elle, auteure tellement perfectionniste qu'elle ne produit plus rien et doit corriger des romans de gare pour subsister ; lui, peintre à la mode sans états d'âme et multimillionnaire. Mais, bizarrement, ces deux êtres que tout semble opposer ne cessent de se rapprocher au fil de la discussion.

  • Les fous de la reine ; héroïque fantaisie en trois actes

    Jacques Rampal

    • Librairie theatrale
    • 1 Janvier 1958

    Un pays imaginaire est dirigé par une vieille reine devenue folle, infanticide, manipulatrice, qui règne sans partage et sans scrupule sur un peuple soumis.

    Le printemps est-il porteur d'espoir ? La reine sent venir la fin de sa vie. Qui va lui succéder ? La princesse, élevée loin des réalités du monde ? Le ministre ne reculant devant aucune sale besogne ? Le fou qui semble nourrir quelque ambition ? Et le peuple, spectateur de ceux qui le gouvernent, saura-t-il réagir et changer son destin ?

  • Diogene le cynique

    Jacques Rampal

    • Impressions nouvelles
    • 1 Février 2004

    Vivant dans un tonneau, Diogène de Sinope, personnage entre mythe et réalité, « cherche un homme » à la lumière de sa lanterne éteinte (en plein jour), apostrophe les passants et lance son fameux « ôte-toi de mon soleil » à Alexandre-le-Grand venu lui proposer de l'aide. Bref, il est « médiatique » avant la lettre, c'est-à-dire plus spectaculaire que profond. S'il vivait aujourd'hui, il passerait à la télévision non pour apporter la contradictionaux grands penseurs du petit écran mais pour les entarter en direct. En même temps, il fait montre d'une belle intégrité en vivant jusqu'au bout son voeu de pauvreté et gagne notre sympathie en restant ce rebelle plein de panache.
    Il nous permet aussi de mieux connaître deux philosophes importants, Antisthène et Platon, et cette Grèce antique, mère de toutes les démocraties.
    Le tout en alexandrins, que l'auteur souhaite remettre au goût du jour, comme le firent Hugo et Rostand deux siècles après Molière et Racine.

  • Qu'importe le flacon...

    Jacques Rampal

    • L'oeil du prince
    • 1 Mars 2005

    Agnès d'Amboise, 50 ans, divorcée, jadis richissime, drôle, brillante, est un grand couturier encore très en vogue qui vient de créer son parfum mais cherche désespérément le contenant - le flacon - qui sera digne du contenu.
    Hélas! un autre flacon lui pose problème, cette fois au niveau du contenu, qu'elle cosomme sans modération depuis longtemps...

  • REVUE FREQUENCE THEATRE n.56 ; la journée des dupes ; infidèles

    Jacques Rampal

    • La traverse
    • 7 Juillet 2014

    Près de Montségur, dans l'Ariège, Madeleine se remet mal du décès de son mari, victime d'une chute du haut de la fameuse citadelle, berceau des cathares, qui domine le village. Un an plus tard, dans sa maison, sa fille cadette, Léa, et son fils Bertrand, artiste-peintre, s'apprêtent à passer l'été en compagnie de Cathy, la fille aînée, venue leur présenter son compagnon Simon dont la beauté dangereuse réveille les démons assoupis de tout ce petit monde.
    Pourquoi l'atmosphère est-elle si lourde dans cette campagne écrasée de chaleur ? Quel secret le père a-t-il emporté avec lui pour empoisonner à ce point les relations fraternelles et filiales d'ordinaire plus tendres lorsqu'un être cher disparaît ? Mais était-ce vraiment un être cher ? Il y des cadavres qu'il n'est pas toujours bon de déterrer...

  • La bande à Sarko

    ,

    • Hors collection
    • 5 Mars 2008

    Qu'y a-t-il de commun entre la bande à bonnot et la bande à sarkooe entre une association de malfaiteurs et une confrérie de bienfaiteursoe bonnot et ses complices flinguaient physiquement au nom d'un "idéal" anarchiste; sarkozy (de son vrai nom sarcozzi) et les siens ne flinguent "que" moralement et sans aucun idéal.
    Cette étude comparative nous permet de découvrir la face cachée de nos politiciens tout en se foutant de leur face visible, autrement dit de leur gueule, dans un décryptage impitoyable de leurs méfaits, même si en france, depuis l'assassinat de jean jaurès, le crime de sang politique n'est plus à la mode. autres temps, autres murs. et autres morts. a propos, combien de victimes depuis le 6 mai 2007?

empty